Vaginite : symptômes, cause et comment la soigner ?

RèglesDéroulé du cycle menstruelVaginite : symptômes, cause et comment la soigner ?

Trois femmes sur quatre connaissent ou ont connu cette inflammation du vagin qu’est la vaginite. Généralement associée à une irritation de la vulve, on la nomme d’ailleurs très souvent vulvo-vaginite. Quels sont les symptômes de cette infection vaginale ? Quelles sont les causes d’une vaginose ? Comment la soigner ? Mission Santé répond à toutes vos questions !

Qu’est-ce qu’une vaginite ?

La vaginite se caractérise par une inflammation de la muqueuse vaginale due à des champignons, des bactéries ou des virus. On parle de vulvo-vaginite lorsque la vaginite est associée à une irritation de la vulve, ce qui est très fréquent.

On distingue trois types de vaginites :

  • La mycose vaginale ;
  • La vaginite bactérienne ;
  • La vaginite à Trichomonas qui fait partie des infections sexuellement transmissibles.

Quels sont les symptômes d’une vaginite ?

Les symptômes de la vaginite sont nombreux : démangeaisons, douleurs en urinant ou pendant les rapports sexuels, sensations de brûlure, rougeurs, grandes lèvres enflées et douloureuses et pertes vaginales anormales.

Les pertes vaginales différentes selon l’agent pathogène responsable de l’infection. Si le germe infectieux est :

  • Un champignon : les pertes sont alors blanchâtres et épaisses.
  • Une bactérie : les pertes sont fluides, malodorantes, abondantes et de couleurs grisâtres à jaunâtres.
  • Un parasite : les pertes deviennent verdâtres et mousseuses.

Quelles sont les causes de la vaginite ?

Là encore, les causes peuvent être nombreuses. 

Tout d’abord, sachez qu’une vaginite n’est pas toujours d’ordre infectieux. Elle peut être provoquée par un produit irritant, un frottement répétitif sur la vulve (vêtements trop serrés) ou être une réaction allergique. Il existe également une vaginite, appelée vaginite atrophique chez la femme ménopausée. Après la ménopause, les parois vaginales deviennent plus sèches, ce qui crée des inflammations.

Lorsqu’elle est infectieuse, la vaginite peut être causée par :

Un champignon, on parle alors de vaginite à levures ou candidose vaginale

La cause de cette vaginite est un déséquilibre de la flore vaginale ou un taux d’acidité trop faible ou trop élevé. Les champignons présents dans notre vagin (le plus souvent des Candidas albicans) en profitent pour se multiplier et donc causer une infection.

Notre flore vaginale est fragile et il suffit d’un facteur extérieur pour la déséquilibrer et affaiblir notre bouclier vaginal naturel :

  • Un dérèglement hormonal et une baisse d’œstrogènes ;
  • Un diabète ;
  • La prise de médicaments, surtout des antibiotiques ;
  • La pratique de la douche vaginale ;
  • Les tampons et les serviettes hygiéniques jetables ;
  • Le stress ; 
  • La cigarette.

Une bactérie à l’origine de la vaginose bactérienne

Là encore, la bactérie profite de la faiblesse de notre microbiote vaginal pour venir coloniser le vagin et créer des infections.

Un parasite qui entraîne une vaginite à trichomonase

Cette vaginite est en fait une infection sexuellement transmissible (ITS). Le parasite microscopique présent sous le prépuce du pénis ou dans les sécrétions vaginales infecte le partenaire sexuel. Heureusement, l’infection se traite facilement et reste bénigne.

Comment soigner la vaginite ?

Chaque symptôme évoqué doit vous inciter à consulter un médecin ou un gynécologue. Si vous avez des symptômes associés comme de la fièvre ou des douleurs abdominales, consultez en urgence.

Si elles ne sont pas traitées, certaines vaginites évoluent en infections génitales hautes (utérus et trompes) et entraîner une péritonite ou une stérilité.

Votre médecin-gynécologue effectuera un prélèvement des sécrétions vaginales et après analyses en laboratoire vous prescrira le traitement adapté.

Pour les vaginites à levures

Lorsque l’infection n’est pas associée à de la fièvre ou des douleurs abdominales, le traitement consiste à prendre des antifongiques (en vente libre à la pharmacie). Vous le trouverez sous forme de crème ou d’ovules vaginaux, mais aussi en capsule à avaler. Le traitement dure jusqu’à 7 jours, même en cas de règles. La vaginite à levures ne se transmettant que rarement à l’homme, il n’est généralement pas utile de traiter votre partenaire.

Pour les vaginites bactériennes et les vaginites à trichomonase

Ces deux vaginites nécessitent un examen médical systématique. En fonction de son diagnostic, votre médecin vous délivrera une ordonnance pour des antibiotiques. Selon la bactérie concernée, il est indispensable que le partenaire sexuel suive le même traitement.

Pour les vaginites non infectieuses

Après avoir éliminé la cause possible de la vaginite, vous pouvez appliquer des crèmes adoucissantes qui vont soulager les irritations, certaines sont à base de cortisones pour de fortes démangeaisons.

En cas de baisse de la production d’œstrogene, notamment à la ménopause, un lubrifiant peut apaiser vos irritations.

Vous pouvez également redonner de la vigueur à votre flore vaginale grâce à un apport en probiotiques (par voie vaginale ou orale).

Comment se prévenir des vaginites ?

Pour éviter de subir les symptômes de la vaginite, vous pouvez mettre en place quelques moyens de prévention :

  • Le port du préservatif pour éviter une IST ;
  • Rééquilibrer votre flore vaginale avec des probiotiques ;
  • Stopper les douches vaginales ;
  • Ne pas utiliser de savon ou de gel pour vous laver la vulve, ni de gant ou de fleur de douche (de l’eau et votre main suffisent) ;
  • Bien vous séchez après la douche ;
  • De porter des sous-vêtements en coton ;
  • De privilégier les protections hygiéniques biologiques ou les culottes menstruelles ;
  • De prendre une douche aussitôt après le sport pour éviter à la sueur de stagner ;
  • Limiter la prise d’antibiotiques.

Pour finir : avec quelques bonnes mesures de préventions et d’hygiène, vous devrez éviter une grande majorité de vaginites. Pour éviter les vaginites à répétitions, terminez systématiquement le traitement prescrit par votre médecin ! Sachez que les mycoses ne disparaissent qu’à la fin du traitement, donc ne vous inquiétez pas si vous ne voyez aucun changement les premiers jours !