Urgence : quand appeler le 15 ?

Santé Urgence : quand appeler le 15 ?

Enfant ou adulte, il est indispensable que tout le monde puisse connaître les numéros d’urgences face à différents incidents. Parmi eux, il y a le 15 qui sert à contacter le SAMU, le service d’aide médicale d’urgence. Toutefois, il est indispensable de n’appeler ce numéro qu’en cas de situation grave. Afin de ne pas déranger les urgentistes, il est important de comprendre comment ce service d’urgence fonctionne.

Un numéro pour les urgences vitales

Depuis toujours, appeler le 15 est l’un des premiers réflexes que l’on a en cas d’accident grave. Chaque année, il a été recensé environ 30 millions d’appels vers le numéro 15 par les Français. Pourtant, il s’agit d’une ligne réservée aux accidents et situations graves. Cependant, pour un bon usage de ce numéro, il est important de déterminer dans quel cas il faut faire appel aux urgences.

Heliosphile / Shutterstock.com

Quelles sont les urgences vitales ?

Afin de ne pas faire perdre du temps aux urgentistes, il faut faire la différence entre l’urgence médicale et l’urgence grave. Dans le premier cas, c’est vers votre médecin généraliste qu’il faut se tourner. Par exemple, lors d’une simple poussée de fièvre, l’avis de votre médecin traitant est plus conseillé.

Voici quelques situations, non-exhaustives, d’urgences vitales où il ne faut pas hésiter à appeler le SAMU :

  • La personne est inconsciente ;
  • La personne a des difficultés à respirer ou ne respire plus ;
  • La personne saigne beaucoup ;
  • La personne vient de se brûler gravement ;
  • La personne a une forte douleur dans la poitrine…

Ces différents cas sont listés sur le site du gouvernement. Toutefois, si vous avez un doute sur l’urgence de la situation, vous pouvez tout de même appeler le 15. Ils pourront vous conseiller et vous rediriger à tout moment.

Existe-t-il d’autres numéros pour les urgences vitales ?

En plus du 15, il existe également d’autres numéros à connaître. Comme le 112 qui est un numéro d’urgence valable dans plus de 27 États membres de l’Union européenne. Il est très utile si vous êtes souvent en déplacement.

Dans le même genre, le 114 est réservé aux personnes malentendantes. Par ce moyen, ils peuvent informer les urgentistes de leur situation par un SMS ou un fax. Il est indispensable de ne pas le confondre avec le 115. Celui-ci est le numéro du SAMU social. Enfin, il y a le 17 pour appeler la police et le 18 pour avertir les pompiers.

Il faut savoir que ces numéros fonctionnent toute la journée, à n’importe quelle heure. Sachez que les conversations sont enregistrées. Ainsi, il ne faut pas en abuser pour éviter les sanctions pénales et pécuniaires. Les canulars peuvent vous valoir jusqu’à 7 ans d’emprisonnement et une amende de plus de 100 000 €.

Une fois en ligne, quelles informations communiquées ?

Votre interlocuteur vous demandera votre nom, votre adresse et le motif de l’appel. En général, les questions de bases sont toujours les mêmes au moment d’appeler le 15 :

            – Le patient est-il conscient ?
            – La respiration est-elle normale ?
            – Le patient montre-t-il des signes de gravité ?

Bien entendu, cette liste n’est pas exhaustive et les questions peuvent être plus poussées en fonction de la situation. Dans tous les cas, il faut être clair dans les informations à communiquer.

Si vous paniquez, si vous parlez vite ou si vous ne parlez pas assez fort, le temps d’intervention sera plus long. Sachez que les appels aux urgences peuvent être stressants des deux côtés. Il est donc nécessaire de garder son calme pour un meilleur dialogue. Il est conseillé de donner ces recommandations à vos enfants. De cette manière, ils sauront comment réagir en cas d’accident, et qu’aucun adulte n’est présent aux alentours.

Comment se déroule un appel au SAMU ?

Une fois en ligne avec le service d’aide médicale d’urgence, la conversation téléphonique se déroule souvent de la même façon.

Les échanges de base

« L’assistant de régulation médicale » est la première personne qui décroche. C’est elle qui se charge de regrouper toutes les informations concernant la personne qui appelle. Il s’agit du nom et de l’adresse du patient. Il va ensuite créer une fiche afin de comprendre les raisons de l’appel et d’évaluer la gravité de la situation.

L’ARM n’est pas un soignant, il se charge tout simplement de relayer les informations et d’enclencher les procédures. Mais si la situation est réellement grave, il peut enclencher une procédure d’exception qui consiste à envoyer des secouristes sur place.

L’entretien avec le médecin

En fonction du motif, l’ARM orientera l’appel vers un médecin urgentiste ou un généraliste libéral. Le médecin fera alors une consultation à distance pour mieux connaître l’urgence de la situation.

En général, celui-ci demande une description des symptômes, des causes de la situation ou des antécédents médicaux de la personne malade. Si l’urgence n’est pas vitale, il peut donner directement des conseils. Dans le cas contraire, il réoriente le patient vers un autre médecin traitant.

Il peut aussi faire appel à un médecin de proximité pour faire une visite à domicile. Si le patient peut se déplacer, il lui demandera de se rendre aux urgences pour une meilleure auscultation.

L’adhésion aux urgences

Si la situation est grave, le médecin pourra envoyer des ambulanciers sur place. Il pourra aussi demander de l’aide aux sapeurs-pompiers, si l’urgence n’est pas médicale. Si aucun n’est disponible, il fera appel au SMUR qui est le Service mobile d’Urgence et de Réanimation.

L’adhésion d’un patient aux urgences se fait sous la surveillance du médecin régulateur, mais aussi de l’AMR. Ils se chargeront de lui trouver une place et de lui donner tous les soins nécessaires.