Survivre au confinement : l’art de savoir gérer son temps

Bien être et diétique Survivre au confinement : l’art de savoir gérer son temps

Le confinement aura laissé de nombreuses traces derrière lui. Le bien-être des individus a été mis à mal par cette quarantaine forcée qui a obligé certaines personnes à vivre une période de solitude profonde, alors que d’autres, au contraire, ont été contraintes de partager un espace restreint sans relâche qui a mis à mal des couples et des familles. Dans tous les cas, il a fallu savoir gérer son temps pour survivre.

Suivre les règles

Alors qu’on nous demandait de nous isoler les uns des autres, une action difficile pour les Français qui aiment particulièrement partager des moments entre amis, dans la convivialité, on exigeait de nous en plus de suivre d’autres règles strictes. Se maintenir à un mètre de distance des autres, se laver les mains fréquemment et porter le masque lorsque l’on utilise les transports publics ou dans un commerce ; tous ses gestes exigés font désormais partie de notre mode de vie. Mais nous avons dû nous habituer à ces contraintes qui, elles aussi, ont ajouté une pression supplémentaire à notre vie.

Grâce au respect global de ces trucs et astuces sanitaires, nous sommes parvenus à réduire la propagation du virus et aujourd’hui nous pouvons à nouveau retourner à nos occupations et reprendre contact avec ceux que l’on aime, deux éléments de notre vie qui nous procure du bien-être et nous permet de retrouver la stabilité de notre quotidien d’antan.

55 jours à la maison

Chacun de nous aura vécu de manière très différente cette période qui restera marquée dans les annales de l’humanité. De nombreux facteurs ont influencé la qualité de vie que nous avons eue durant cet isolement. Ceux qui ont bénéficié d’une maison à la campagne ont pu profiter de la nature lors de leur marche journalière, alors que les citadins se sont retrouvés très souvent à l’étroit. Ceux qui vivent seuls, ont dû faire face à eux-mêmes, jour après jour, dialoguant avec le miroir ou dans leur tête, alors que le reste a dû faire face aux autres et les découvrir plus profondément qu’ils ne l’avaient jamais espéré. Enfin, il y a ceux pour qui la vie a continué (les travailleurs essentiels) qui n’ont pas eu à le temps de se poser trop de questions, mais qui ont eu à faire face au virus et accepter (ou non) la possibilité d’être infecté avec le COVID-19.

La capacité à s’adapter de chacun, peu importe la situation dans laquelle nous vivions, tenait à notre gestion du temps. Plus que jamais, trouver une balance entre nos différentes activités était l’élément clé qui nous permettait de conserver un bon équilibre mental. Trop de travail (télé-travail) et soudainement les journées s’enchaînaient les unes aux autres sans fin, nous laissant vidés et exténués, sans savoir comment reprendre notre souffle. Trop d’oisiveté et soudainement tous nos repères disparaissaient, et même les jours et les nuits perdaient une partie de leur signification. Enfin, trop ou pas assez de proximité avec ceux qui partageaient notre environnement et ce fut la crise…

Le coronavirus nous aura tous donné des leçons. Et bien qu’il nous ait fragilisés, il nous a aussi permis de mieux définir ce dont nous avons besoin pour notre bien-être mental. À nous de ne pas l’oublier.