Radiologie dentaire, quelles évolutions ?

Santé Radiologie dentaire, quelles évolutions ?

Malgré toutes les performances qu’offre la radio panoramique, elle présente des dangers et des contraintes. Ces dernières années, la radiologie dentaire a connu de grandes évolutions notamment grâce à la technologie Cone Beam. Plus proche du scanner, elle permet aux professionnels de la médecine dentaire de poser des diagnostics beaucoup plus précis grâce à sa haute résolution et à des fonctionnalités révolutionnaires. Lisez cet article pour en savoir plus.

Les applications du Cone Beam en imagerie dentaire

De la chirurgie buccale à la chirurgie maxillo-faciale en passant par l’ORL, l’orthodontie et l’orthopédie, le CBCT a de nombreuses applications. En particulier, il est très sollicité dans l’examen des tissus minéralisés tels que les os et les cartilages. Il permet ainsi l’identification des kystes, des infections et des fractures par exemple. Entre autres, le Cone Beam est préconisé pour le suivi du traitement des pathologies osseuses et infectieuses, les kystes, les pathologies du parodonte ou encore les pathologies des sinus maxillaires.

dentiste

En implantologie, cette technologie est également très sollicitée. En effet, elle facilite la pose des implants dentaires grâce à sa capacité à évaluer avec une très grande finesse le volume osseux et la position des nerfs. Et grâce aux différentes fonctionnalités qu’elle embarque, elle permet une simulation des emplacements virtuels avec une modélisation 3D. Les professionnels ont également la possibilité de choisir la taille et la forme des implants selon la morphologie de leurs patients. En clair, le Cone Beam est venu révolutionner la chirurgie dentaire.

Le Cone Beam, une évolution de la radio panoramique ?

Afin d’établir un diagnostic bien précis et de proposer un traitement de qualité, l’imagerie médicale peut être d’une très grande aide. Pour le dentiste, son aide est encore plus précieuse. En la matière, la radio panoramique ou orthopantomographie permet d’obtenir un cliché de la mâchoire afin de repérer avec une bonne précision la position des dents, des implants et les éventuelles anomalies. Cette précision reste néanmoins limitée par rapport aux performances offertes par le Cone Beam CBCT (Cone Beam Computed Tomography ou tomographie volumique à faisceaux coniques en français). Ce dernier vient se positionner à mi-chemin entre la radio panoramique et le scanner dentaire.

Le Cone Beam est apparu dans les années 90 et se présente comme une évolution dans la radiographie numérisée. Il consiste en un faisceau d’irradiation qui fait un tour de 200 degrés autour du crâne du patient. La résolution supérieure qu’il offre est supérieure à celle de la radio panoramique et permet d’obtenir des images en 3D. Ceci permet une meilleure localisation des imperfections au niveau de la dentition et de suivre l’évolution des implants.

La technologie du Cone Beam utilise donc des rayons X tout comme la radio panoramique. Cependant, il faut préciser que le CBCT émet plus de radiations que la radio panoramique, mais moins que le scanner. Pour faire l’acquisition d’images avec le Cone Beam, le patient doit être debout avec la tête immobilisée par un appareil. Le temps d’acquisition est d’environ 20 secondes et se fait en un seul balayage grâce au faisceau de forme conique. Quant à l’analyse des images 3D, elle prend de 20 à 30 minutes et se fait par un système de détection.