Quelles sont les différences entre l’allopathie et l’homéopathie ?

L’organisme de l’être humain est souvent confronté à des déviations qui affectent le fonctionnement normal de ce dernier. Pour venir à bout de ces maux, le médecin peut avoir recours à plusieurs sortes de médecines. Parmi celles-ci figurent l’homéopathie et l’allopathie. Connaissez-vous les différences entre l’homéopathie et l’allopathie ? Nous vous expliquons cela dans cet article.

La différence entre l’homéopathie et l’allopathie ?

Contrairement à l’homéopathie qui s’exerce directement sur l’homme, l’allopathie s’expérimente d’abord sur des animaux et relève de la médecine conventionnelle pendant que son semblable, l’homéopathie utilise le principe de similitude. Peu coûteuse, l’homéopathie est très efficace dans le traitement des maladies aiguës et chroniques lorsque l’organisme du patient est encore dans la capacité de répondre. Elle peut intervenir dans le traitement du corps dans sa globalité en s’attaquant aux causes du mal et se révèle sans effets secondaires et sans toxicité pour le malade. L’allopathie quant à elle ne se consacre qu’à une partie du corps en se concentrant sur les symptômes du mal. Elle peut se révéler toxique pour le patient en raison du dosage élevé des médicaments et peut engendrer des effets secondaires. Elle est également très coûteuse mais efficace même lorsque l’organisme du malade est épuisé. Elle apaise les symptômes des maladies aiguës et est palliative dans le traitement des maladies chroniques. De façon générale, tous les médecins homéopathes ont étudiés l’allopathie. On ne peut pas en dire autant des médecins allopathes. Il existe donc des différences entre l’homéopathie et l’allopathie qu’il faut prendre en considération.

L’homéopathie

Vieille de plus de 200 ans et n’étant justifiée par aucune étude scientifique, l’homéopathie est une méthode thérapeutique de traitement de nombreux maux. Elle a été inventée par Samuel Hahnemann et existe aussi bien en application locale qu’en administration par voie orale. Utilisée par plusieurs catégories de médecins, elle vise la stimulation de l’auto-défense de l’organisme. L’homéopathe cherche donc à connaître le patient avant de lui prescrire un traitement. Ainsi donc, au-delà de la maladie, c’est l’individu lui-même que l’on soigne. Les patients peuvent d’ailleurs maigrir avec l’homéopathie. Elle repose sur les principes de la similitude, de la dilution et de la dynamisation.

Similitude : c’est un principe qui consiste à soigner un mal en administrant au malade des produits qui engendrent ses symptômes. On soigne donc le mal par le mal.

Dilution : Principe qui veut que tout remède soit dilué avant son administration. Étant donné que ces produits provoquent les symptômes de la maladie dont souffre déjà le malade, les lui administrer sans dilution serait le rendre plus malade. D’où la nécessité de diluer un remède avant de le faire prendre. Plus cette dernière est élevée, plus efficace elle rend le remède.

Dynamisation : c’est un principe qui consiste à secouer au maximum le remède avant de le donner au malade. Bien que scientifiquement ce procédé ne prouve pas l’efficacité du remède, dans la pratique, elle donnerait toutefois plus de résultats que les remèdes administrer sans avoir été secoués.

L’allopathie

Elle concerne la médecine en générale et représente l’ensemble des techniques utilisées pour guérir un mal en s’attaquant à ses symptômes. Il s’agit ici de l’administration des médicaments (antibiotiques, insuline, etc.) pour détruire l’agent pathogène. C’est une médecine d’urgence qui établit un diagnostic en s’appuyant sur des examens médicaux et analyses biochimiques. Au-delà de la médecine conventionnelle, l’allopathie prend en compte les médecines non conventionnelles telles que l’aromathérapie (traitement par les huiles essentielles), la phytothérapie (traitement par les plantes) et toutes médecines ne répondant pas aux principes de l’homéopathie. Elle est très utilisée dans le traitement des maladies cardio-vasculaire, cancéreuse, etc. En raison de sa complexité et du fait qu’elle ne traite que des parties spécifiques du corps, elle a été subdivisé en plusieurs domaines d’où la spécialité des différents médecins. Elle est indispensable lorsque la maladie a pris le dessus sur le malade et priorise les molécules de synthèse et les interventions chirurgicales. Le petit bémol qu’elle présente est son degré de toxicité  ainsi que les effets secondaires qu’elle génère au malade.

En conclusion, allopathie et homéopathie sont deux formes de médecines qui ont pour objectif la guérison du malade. Malgré leur mode d’action différent, elles ont néanmoins quelques points en commun et peuvent même se compléter selon le type de pathologie que développe le patient.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here