Que savoir sur l’incontinence : causes, symptômes et traitements

Santé Règle et bien être Que savoir sur l’incontinence : causes, symptômes et traitements

L’incontinence est un phénomène encore tabou qui touche pourtant de nombreuses personnes âgées ou non. Quelles sont les solutions pour y faire face ?

Qu’est-ce que l’incontinence

L’incontinence se traduit par un manque de retenue ou une perte de contrôle des sphincters. L’incontinence peut être anale ou urinaire. L’incontinence urinaire est caractérisée par une fuite urinaire. Elle donne lieu à des pertes incontrôlables et involontaires d’urine, qui se produisent le jour ou la nuit.

Il ne s’agit pas d’une maladie, mais d’un symptôme le plus souvent lié à un trouble physique. L’incontinence anale est caractérisée par l’incapacité à retenir les matières fécales, ainsi que les gaz. D’un point de vue médical, il s’agit d’un trouble bénin qui soulève parfois un problème sous-jacent plus important. En effet, elle peut permettre de détecter plusieurs types de maladies ou situations comme une infection urinaire, un trouble de la prostate, un affaiblissement musculaire dues à un accouchement, une opération, ou des troubles neurologiques dans les cas les plus extrêmes.

Les principaux facteurs déclencheurs sont : le diabète, la ménopause, l’obésité, le vieillissement, l’activité physique intense, la prise régulière de diurétique, etc., mais l’excès de boissons à base de caféine, l’alcool, l’anxiété, les sédatifs et les médicaments tels que les antidépresseurs ou même stupéfiants peuvent conduire à l’incontinence.

Types d’incontinence urinaire

On note plusieurs types d’incontinence urinaire.

  • L’incontinence à l’effort. Il s’agit de la forme d’incontinence urinaire la plus fréquente chez les femmes. C’est la fuite d’une petite quantité d’urine en raison d’une pression accrue dans l’abdomen, donc sur la vessie, causée par un effort physique, un accès de toux, un éternuement, un éclat de rire, etc. Les muscles du plancher pelvien doivent être affaiblis pour que ces situations provoquent des fuites d’urine. La fuite n’est pas nécessairement précédée d’une envie d’uriner.
  • L’incontinence d’urgence, ou par urgenterie. Marcher, entendre de l’eau couler ou penser à uriner peut suffire à déclencher une fuite urinaire plus ou moins importante. C’est dû à une vessie dite hyperactive ou non inhibée qui entraîne un besoin d’uriner irrégulier, surprenant et involontaire. Elle touche plus particulièrement les enfants, mais aussi les hommes âgés et près d’un quart des fuites urinaires féminines. Ce type d’incontinence résulte souvent d’un problème de santé chronique qui se répercute sur le contrôle nerveux de la vessie.
  • L’incontinence mixte est comme son nom l’indique un mix entre les deux premiers types d’incontinence cités ci-dessus.
  • L’incontinence fonctionnelle ou neurologique est causée par des soucis de connexions nerveuses du cerveau à la vessie, qui dérègle le rythme des mictions selon le degré d’atteinte. Cette incontinence est fréquente chez les personnes âgées en raison de multiples problèmes de mobilité, comme l’arthrose de la hanche ou du genou, une fracture de la hanche, des séquelles d’un accident vasculaire cérébral, etc.
  • L’incontinence urinaire par regorgement (ou par trop-plein). Elle résulte d’un trop-plein d’urine dans la vessie. Celle-ci peut alors laisser s’échapper de l’urine de façon incontrôlée. Ce trop-plein peut s’expliquer par un obstacle à la vidange de la vessie, par exemple, en conséquence d’un trouble de la prostate, la principale cause de ce type d’incontinence chez l’homme.
  • L’incontinence totale. Il s’agit d’une incontinence caractérisée par un écoulement continu d’urine, jour et nuit. Les personnes touchées n’ont aucun contrôle volontaire de leur vessie, qui n’est plus capable de jouer son rôle de réservoir d’urine. L’incontinence urinaire totale est le plus souvent la conséquence de lésions physiques survenant, en particulier, en raison d’un accident ou d’une maladie qui atteint la moelle épinière, ou par destruction totale ou partielle du sphincter qui contrôle la sortie de l’urine, à la suite d’une chirurgie de la prostate, par exemple.

L’incontinence : qui peut en souffrir ?

L’incontinence urinaire est plus fréquente avec l’âge. Elle touche énormément les personnes âgées à partir de 60 ans. Cependant, il n’y a pas que les personnes âgées qui en souffrent. L’incontinence touche une bonne partie de la population, âges et sexes confondus. En Amérique du Nord, on estime qu’elle touche globalement 1 femme sur 4 (et à partir de 60 ans, au moins 1 sur 3).

Les deux sexes ne sont pas égaux face à l’incontinence et les femmes représentent aujourd’hui les 3/4 des personnes incontinentes en France. Les causes sont tantôt physiologiques, tantôt dues aux grossesses. L’incontinence masculine est souvent liée à des problèmes de prostate. Les hommes sont deux fois moins touchés, mais, l’incontinence par regorgement est de loin la forme la plus fréquente chez l’homme. Trop peu de gens osent en parler à leur médecin. Si cous êtes dans le cas, il ne faut pas en avoir honte, car vous aurez peur de consulter, le problème persistera et vous aurez tendance à vous retrouver isolé(e). Or, dans la plupart des cas, il existe des solutions pour régler le problème ou pour le contrôler avec succès, même si l’incontinence dure depuis des mois ou même quelques années.

Quelles sont les solutions pour faire face au problème ?

Pour s’adonner librement à toutes ses activités, mais aussi pour éviter de ressentir une gêne, un mal-être, des protections directes sont proposées par de nombreuses enseignes. Ces protections contre les fuites urinaires se veulent de nos jours plus discrètes et mieux adaptées. Alèse, sous-vêtements absorbants, change complet et urinaux constituent des solutions spécifiques et appropriées.

Achetez en ligne, vos protections urinaires sur ce site. Il faut préciser qu’une consultation médicale s’impose pour une prise en charge médicale. Le traitement administré par les médecins est en fonction du degré de gravité et du type d’incontinence. Il peut aller d’une prise de médicament à une intervention chirurgicale (mise en place d’une prothèse sphinctérienne et l’installation de bandelettes sous l’urètre). La rééducation périnéale assistée par un kiné qui guide le patient sur l’exercice de contraction périnéale à faire permet également de faire face au problème d’incontinence.

En plus des diverses recommandations médicales, le sujet doit avoir une bonne hygiène de vie et éviter la consommation de certaines substances. La caféine, la cigarette, les boissons gazeuses et l’alcool sont les plus à proscrire.

Shutterstock, Inc

Conséquences et complications possibles

D’un point de vue social, l’incontinence est un véritable tabou. Beaucoup de personnes hésitent à consulter. Elles se privent donc de l’aide et des traitements offerts. Elle occasionne de la gêne pour la personne qui en est victime.

Pourtant, lorsqu’elle n’est pas traitée, l’incontinence peut limiter considérablement les activités physiques et perturber la vie sociale, sexuelle et professionnelle. L’incontinence urinaire chronique accroît le risque d’infections urinaires à répétition. Elle peut aussi causer des rougeurs de la peau qui entoure les parties génitales en raison de l’humidité.

L’incontinence n’est en aucun cas une fatalité. Il existe aujourd’hui de nombreuses solutions pouvant permettre aux personnes incontinentes de mieux gérer voir supprimer le problème.