Quand arrête-t-on d’avoir ses règles ?

RèglesDéroulé du cycle menstruelQuand arrête-t-on d’avoir ses règles ?

De nombreuses femmes se demandent quand arrête-t-on d’avoir ses règles. Si l’absence de règles est généralement due à des causes normales comme la ménopause ou une grossesse, elle peut aussi cacher un problème plus grave. Qu’est-ce qui peut arrêter les règles menstruelles ? Comment savoir si l’absence de menstruations que l’on appelle aménorrhée est normale ? Missions Santé vous aide à tout comprendre !

Comment savoir quand on n’a plus nos règles ?

De la puberté à la ménopause, soit depuis environ 12 ans à 51 ans, une femme a en moyenne 450 cycles menstruels, soit 2250 jours dans une vie ! Généralement, les règles durent entre 3 et 5 jours et un cycle menstruel s’étale sur 28 jours. Alors bien sûr, ce sont des moyennes et les cycles sont rarement réguliers. On ne peut pas dire exactement combien de temps durent les règles, certains mois, l’intensité et la durée de vos règles peuvent varier et vous pouvez même ne pas avoir de règles du tout. Surtout à l’adolescence, lorsque la menstruation se met en place, les premières règles sont souvent chaotiques. Ensuite, petit à petit, la production hormonale se stabilise et les cycles deviennent alors plus réguliers.

Comment savoir quand on n’a plus nos règles ?
Source : shutterstock.com

Donc l’absence de règle ne signifie pas toujours que vous n’avez plus vos règles du tout ! On parle réellement d’absence des menstrues quand le sang ne s’écoule pas pendant au moins 3 cycles chez une femme déjà réglée. On parle alors d’aménorrhée secondaire (l’aménorrhée primaire, corresponds quant à elle, à une absence de règles chez la jeune fille en âge de les avoir).

Qu’est-ce qui peut arrêter les règles ?

Vous constatez un retard dans votre cycle ? Si vous avez toujours eu des cycles réguliers, plusieurs raisons peuvent expliquer le phénomène :

Maladie

De nombreuses maladies peuvent être la cause d’une aménorrhée secondaire comme :

  • Une tumeur ovarienne
  • Une affection de l’utérus ou du vagin
  • Le syndrome des ovaires polykystiques qui provoque des déséquilibres hormonaux.
  • Une hyperthyroïdie ou une hypothyroïdie

Maladie
Source : shutterstock.com

Dans le registre de la maladie, il y a aussi le cas particulier de l’endométriose qui est une maladie gynécologique et dont le traitement consiste justement à arrêter les règles pour éviter aux lésions de saigner et de se développer.

Sachez également qu’un simple rhume peut entraîner un retard de cycle. Face à la maladie, votre organisme conserve son énergie pour combattre les infections et donc priorise !

Grossesse

C’est la cause la plus fréquente de l’arrêt des règles chez les femmes actives sexuellement, puisque le cycle ovarien est interrompu par la fécondation. Si vous pensez que votre retard de règle peut être dû à une grossesse, faites un test de grossesse.

Notez également qu’après avoir accouché, les règles ne reviennent pas avant 6 à 8 semaines. C’est ce que l’on appelle le retour de couches.

Attention à ne pas confondre les saignements post-accouchements (les lochies) avec vos menstrues. Ceux-ci durent généralement de 3 jours à 6 semaines et peuvent effectivement s’enchaîner par votre retour de règles !

Grossesse
Source : shutterstock.com

Allaitement

L’allaitement va lui aussi retarder votre retour des menstruations, mais ce n’est pas une généralité comme on peut l’entendre parfois. Chaque femme est différente et son cycle aussi. Certaines femmes n’auront pas de règles pendant toute la période d’allaitement, même si elle dure un an, alors que d’autres verront le sang menstruel revenir au bout de deux mois.

Ménopause précoce

Si on s’attend à en avoir terminé définitivement avec les règles à la ménopause, elles peuvent toutefois prendre de l’avance sur celle-ci. Dès l’âge de 45 ans, la production d’œstrogènes diminuant, les menstruations deviennent alors irrégulières pour finir par disparaître totalement pour plus d’une femme sur 100.

Stress ou choc psychotraumatique

Le stress, un choc psychologique (la perte d’un être cher, un divorce, la perte de son emploi…) et même un changement dans les habitudes de vie peuvent provoquer l’arrêt brutal des règles. Lorsque la source du stress s’estompe, l’hypothalamus reprend son fonctionnement normal et les règles reviennent naturellement.

Médicaments

Parfois, la prise de certains médicaments impacte le cycle menstruel, c’est le cas par exemple des antidépresseurs, des antipsychotiques ou encore de la chimiothérapie.

Changement de pilules

Si vous venez de changer de pilule, cela peut retarder vos saignements. Toutefois, sachez que le sang qui s’écoule entre deux plaquettes de pilules n’est pas des règles, mais ce que l’on nomme des règles de « privation » dues à l’arrêt des hormones. L’ovulation est bloquée par la pilule contraceptive, ce qui explique que certaines femmes n’ont plus du tout de perte de sang au bout de quelques mois ou de quelques années de contraception hormonale.

Changement de pilules
Source : shutterstock.com

Troubles alimentaires

Des déséquilibres de l’alimentation sont la cause possible d’un arrêt de vos menstruations. Sachez également que l’anorexie ou la boulimie entraîne souvent une absence de règles. Le corps n’aime pas les changements de poids important et d’ailleurs le retour des règles dans le traitement de l’anorexie est souvent signe de guérison !

Mais une carence nutritionnelle (carence en vitamines, en fer, en magnésium, en fibres…) suffit à altérer le fonctionnement de la glande thyroïdienne et surrénale et à provoquer l’arrêt des règles.

Pratique sportive

Certains sports sont plus exigeants que d’autres comme le marathon ou le culturisme et impactent le cycle ovulatoire. Le corps étant soumis à rude épreuve et à une insuffisance des tissus gras, il produit moins d’œstrogènes pour conserver son énergie. On parle d’ailleurs d’aménorrhée de la sportive et les athlètes ont 4 à 20 fois plus d’arrêts des règles que les autres.

En conclusion : si vous êtes inquiète de ne plus avoir vos règles, allez consulter un médecin ou un gynécologue. Si un retard de quelques jours peut s’expliquer, au-delà de 10 jours, il est important d’en parler avec un spécialiste, surtout si vous n’avez pas lieu d’être enceinte.