SantéPourquoi les implants dentaires sont-ils si chers ?

Pourquoi les implants dentaires sont-ils si chers ?

Diverses techniques sont proposées actuellement pour retrouver une bonne dentition après la perte d’une ou de plusieurs dents. Solution plus confortable au dentier, l’implant dentaire est l’une des techniques les plus efficaces proposées par les chirurgiens-dentistes. C’est une alternative qui représente un coût. Pourquoi les implants dentaires coûtent-ils si chers ? Quid des matériaux utilisés ?

Les matériaux utilisés pour l’implant dentaire

L’implant dentaire est un dispositif inséré dans l’os de la mâchoire pour tenir lieu de racine dentaire. C’est sur lui que sera fixée la dent de remplacement.

Le prix de l’implant dentaire s’explique d’abord par le coût des matériaux utilisés. En principe, les implants dentaires sont faits en titane TA6V, un matériau biocompatible et très robuste. L’alliage TA6V, ou titane, se démarque par sa faible densité et une parfaite résistance à la corrosion, ce qui assure une résistance parfaite de la dent de remplacement. Grâce à son module de Young faible (élasticité), le titane est un matériau parfait en termes de biocompatibilité ; il ne risque pas de se déformer une fois mis en place. Le titane est un métal onéreux, beaucoup plus cher que les alliages d’acier haut de gamme.

Si le titane est le matériau le plus utilisé en matière d’implant dentaire, la zircone peut aussi être utilisée pour les implants. Ce matériau est utilisé en remplacement de la partie métallique. Pourtant, moins robuste que le titane, l’implant en zircone présente plus de risque de fractures.

coût implant dentaire

Implants et couronnes, une qualité qui a un prix

Plusieurs marques d’implants sont proposées sur le marché, affichant des prix très variés, et des qualités diverses.

Cette différence au niveau du prix résulte de la biocompatibilité des matériaux utilisés. En effet, il faut miser sur un matériau de qualité comme le titane, même s’il coûte cher, pour réduire le risque de rejets de l’implant. C’est également une alternative qui a une parfaite résistance à l’usure.

En général, le coût de l’implant utilisé dépend du caractère de la dent à remplacer (incisive, molaire, dent courte ou longue…).

Le coût de l’intervention va également dépendre de la technique choisie pour la connexion entre l’implant et la couronne. Le chirurgien-dentiste va faire en sorte que la couronne soit bien robuste. Il doit s’assurer que les efforts lors de la mastication ne vont pas causer une fracture ou un décollement de l’implant avec la couronne.

Deux techniques peuvent être utilisées pour relier la couronne et l’implant : la colle et la technique vissée.

L’utilisation d’une colle pour relier la couronne à l’implant est la technique la plus ancienne. C’est l’alternative la moins couteuse, mais elle n’est pas très robuste. Les experts privilégient généralement la technique vissée qui présente divers avantages supplémentaires : elle permet de démonter les différentes pièces en cas de besoin, et a une très bonne résistance.

Pose d’implants : le savoir-faire du praticien

Tout ce travail nécessite une grande précision, et le savoir-faire du chirurgien-dentiste, ce qui ne manquera pas d’augmenter la facture. Au-delà de la variation des prix causée par les matériaux utilisés, le coût va dépendre du niveau d’exigence et de l’expérience du praticien.

En pratique, la robustesse de la couronne, son esthétisme (ressemblance avec une vraie dent) ou encore l’intégration avec la gencive sont des éléments qui dépendent directement du savoir-faire du praticien.

Implant dentaire : le profil du patient

Des différences au niveau de la facture peuvent être constatées pour deux interventions similaires. Le coût de l’intervention peut aussi grimper selon le profil du patient. La taille de la dent, les problèmes particuliers rencontrés (problème de cicatrisation, risque de rejet de l’implant, nécessité d’une greffe osseuse…) peuvent faire grimper la facture.

Notez que la quantité de gencive et d’os sur la mâchoire de la personne est primordiale pour assurer la réussite de l’intervention. En effet, il faut tenir compte de sa hauteur, de la proximité avec des nerfs, de la largeur de la crête osseuse, de la densité de l’os… Par ailleurs, un patient qui a perdu sa dent il y a des années risque d’avoir une facture bien plus élevée qu’un autre qui a perdu sa dent récemment.

Le prix de l’intervention peut également grimper selon divers facteurs, pour ne citer que :

  • la dent à remplacer,
  • le type d’implant dentaire utilisé,
  • la procédure adoptée,
  • le nombre d’implants à poser,
  • les honoraires et les expériences du praticien,
  • le renom du cabinet dentaire,
  • le nombre de rendez-vous nécessaires avant la pose de l’implant.

Il convient au regard de ces divers éléments de contacter votre chirurgien-dentiste, mais aussi votre mutuelle, avant toute intervention.