SantéLimérence : quand l'amour devient obsessionnel

Limérence : quand l’amour devient obsessionnel

Ah l’amour… Quel sentiment merveilleux quand deux personnes s’aiment à l’unisson. Sauf que parfois, l’amour peut tourner à l’obsession et devenir une véritable souffrance. On parle alors de limérence et derrière ce terme se cache une maladie : la maladie d’amour…

C’est quoi la limérence ?

La limérence est un terme créé par la psychologue américaine Dorothy Tennov. Elle définit la limérence comme un état involontaire qui implique des pensées intrusives, obsessionnelles et compulsives.

Lorsque l’on tombe amoureux, les débuts de la relation sont intenses et les partenaires sont fusionnels. On aime passer du temps ensemble, le désir de contact est fort, on s’isole des autres… bref, on vit dans une bulle amoureuse. Puis les amoureux apprennent à se connaître, des sentiments plus profonds et plus sereins s’installent. Le couple se forme alors avec une envie d’engagement réciproque.

Mais tomber amoureux quand on est atteint de limérence, c’est tout autre chose. L’amour devient obsessionnel et se caractérise par un puissant désir de réciprocité des sentiments amoureux. Les personnes atteintes de limérence vont alors chercher par tous les moyens à se faire aimer par celui ou celle qui les obsède, au détriment de leur bien-être et parfois de leur santé mentale et physique.

Alors, si vous pensez avoir trouvé la perle rare sur le meilleur site de rencontre et que cette personne vous demande des gages d’amour et de l’attention sans arrêt, si elle ne vous contredit jamais, si elle est angoissée dès que vous la quittez, même pour un bref instant… Méfiez-vous, la limérence est un trouble anxieux lourd de conséquences.

C’est quoi la limérence ?
Source : shutterstock.com

Quelles sont les causes et conséquences ?

Ce trouble de l’amour puise généralement ses racines dans l’enfance lorsque l’enfant a souffert d’abandon et a perdu l’estime de soi. Devenue adulte, cette personne partira sans cesse en quête de l’amour pour combler son manque, jusqu’à l’obsession et la dépendance affective…

La limérence, qui peut être considérée comme une névrose obsessionnelle, s’apparente d’ailleurs aux troubles obsessionnels compulsifs (les TOC).

La personne souffrant de cet amour excessif n’a souvent pas conscience de son état et les conséquences sur sa vie et celle de son partenaire peuvent être très lourdes :

  • Les personnes souffrant de limérence développent des troubles anxieux et psychiatriques : angoisses, jalousie maladive, état dépressif…
  • Elles ont tendance à attirer des manipulateurs qui vont jouer de leurs obsessions.
  • La personne atteinte a généralement des ruminations mentales excessives et des pensées parasites. Elle va alors chercher à contrôler son partenaire et parfois finir par le persécuter.
  • Ce trouble obsessionnel compulsif peut impacter sa vie quotidienne. L’isolement social et la phobie sociale sont fréquents dans cette pathologie. Le travail, les amis et parfois les enfants sont mis de côté au profit de l’autre.

La limérence est, rappelons-le une maladie. Elle entraîne de graves souffrances et des troubles mentaux importants. Mais heureusement, c’est une maladie qui se soigne, à condition que les patients atteints de limérence prennent consciences de leurs comportements obsessionnels.

Source : shutterstock.com

Comment guérir de la limérence ?

Si votre partenaire est atteint de limérence, essayez de lui faire prendre conscience de sa pathologie. À travers des exemples concrets, expliquez-lui que son obsession permanente n’est pas normale et que vous en souffrez.

S’il ne veut rien entendre, vous n’aurez guère le choix de mettre un terme à cette relation amoureuse pour préserver votre santé mentale.

Mais, si votre partenaire prend conscience de son comportement compulsif, alors la première étape pour aller mieux, c’est de soigner le mal à la racine grâce à un accompagnement psychologique.

Pour guérir de ces symptômes obsessionnels, la thérapie cognitivo-comportementale (TCC) est la plus indiquée.

Dans un premier temps, la thérapie comportementale s’accompagne de la prise d’antidépresseurs, pour petit à petit, au fil des séances, abandonner définitivement le traitement médicamenteux et se débarrasser de ses symptômes névrotiques.

Prenez le temps de bien choisir votre thérapeute et privilégier un psychothérapeute à un psychiatre. Le psychothérapeute est le spécialiste des thérapies comportementales et il sera plus efficace et plus rapide.

Pour conclure : l’amour est un beau sentiment, mais quand il tourne à l’obsession, il est cause de souffrance. Si vous pensez être atteint de limérence, ne restez pas seul et faites-vous aider. Un jour vous saurez réellement aimer et vous vous rendrez alors compte que l’amour n’a rien à voir avec une obsession…