Les étapes du contrôle qualité en laboratoire

SantéLes étapes du contrôle qualité en laboratoire

Afin d’assurer la qualité d’un produit, il est obligatoire de le faire passer par un contrôle qualité. C’est un critère important pour pouvoir le proposer en toute sécurité au grand public. Ce type de contrôle est nécessaire pour vérifier la conformité des produits et services par rapport aux exigences et spécifications préétablies. Et c’est seulement à partir du résultat qu’une décision de validation, de rectification ou même de rejet pourra être prise. Mais quelles sont donc les étapes d’un contrôle qualité en laboratoire ? Découvrez dans cet article les tests drastiques qu’un produit doit subir pour être présent sur le marché.

En quoi consiste un contrôle qualité en laboratoire ?

Le contrôle qualité ou CQ est indispensable pour assurer la qualité d’un produit ou service. Il a pour but de d’évaluer, de détecter et de corriger les différentes erreurs. Ces dernières peuvent survenir à cause d’un défaut du système d’analyse ou encore suite à des conditions d’exécution ou d’environnement défavorables.

Il faut savoir que tous les laboratoires qui réalisent des analyses biologiques médicales doivent proposer un système d’assurance au niveau de la qualité. Une procédure écrite des différentes étapes d’analyse, notamment les analyses semi-quantitatives, quantitatives et qualitatives, doit être mise en place.

Ce type d’assurance qualité sert surtout à trouver les erreurs, à les analyser pour en déduire les causes et éviter certaines répétitions, et surtout apporter les mesures correctives nécessaires. Ce système d’assurance est primordial pour avoir la confiance des patients et des médecins prescripteurs. Des professionnels comme Ribori Instrumentation vous proposent différents instruments utiles pour un contrôle qualité assuré.

Contrôle qualité en laboratoire alimentation

Les différentes étapes de contrôle

L’EEQ ou l’évaluation externe de la qualité est l’un des procédés utilisés pour évaluer la qualité d’un produit et service. Ce type de contrôle permet de comparer les différentes analyses laboratoires avec des références externes. L’observateur extérieur peut procéder à une analyse rétrospective ou objective des résultats de plusieurs laboratoires différents.

Le CQI, ou évaluation de qualité interne, concerne surtout les mesures prises par le personnel de laboratoires. Il consiste surtout à analyser de façon permanente le travail du personnel afin d’assurer sa fiabilité.

Le CQI en biochimie est souvent le plus pratiqué. Cette analyse consiste à introduire des échantillons dans des séries d’analyses. Il peut s’agir d’un échantillon de concentration inconnue ou connue.

Le CQI est essentiel pour identifier et corriger différentes erreurs analytiques, notamment les erreurs aléatoires et les erreurs systématiques. Si les erreurs aléatoires affectent la précision que l’on peut mesurer par un écart-type ou un coefficient de variation, les erreurs systématiques affectent en revanche l’exactitude, qui peut être de concentration constante ou proportionnelle.

Il faut toutefois savoir que le CQI ne se limite pas au contrôle de l’exactitude et de précision. Il peut également s’intéresser au contrôle, à la gestion des réactifs et à la maintenance des instruments. Afin d’éviter la marge d’erreur, le matériel utilisé doit également être fiable et répondre aux normes.

Les appareils de mesure des résultats

Plusieurs instruments permettent de mesurer les résultats de performance d’un contrôle qualité.

La taille et forme des particules

Pour l’analyse de la taille et de la forme des particules, vous avez la possibilité d’utiliser le Dynamic Light Scattering DLS que l’on peut traduire par diffusion dynamique de la lumière. Cet instrument vous permet de déterminer les particules composantes des poudres. Il s’agit d’une technique efficace pour mesurer la distribution granulométrique qui est généralement utilisée dans les industries biochimiques et pharmaceutiques.

Vous pouvez également utiliser les analyses d’images dynamiques. Ces méthodes sont souvent utilisées pour analyser la distribution granulométrique des matériaux. Pour ce faire, chaque particule est photographiée de façon isolée.

La granulométrie laser diffuse en revanche une lumière laser qui interagit avec les particules. Les ondes lumineuses diffusées dépendent de la taille des particules. Plus la diffusion vers l’avant est importante, plus les particules diffusées sont grosses, tandis que les petites particules se dispersent dans toutes les directions.

Contrôle qualité en laboratoire

La rhéologie des élastomères et des polymères

Les instruments de la rhéologie des élastomères et des polymères sont utilisés pour les paramètres d’élongation, de viscosité et de déformation. Ces éléments sont nécessaires dans les processus de fabrication, mais sont surtout indispensable pour optimiser vos méthodes de fabrication. Il s’agit d’une étape importante tout comme le contrôle des caractéristiques des produits finis et des matières premières que vous utilisez.

Pour mesurer les résultats de performance, vous pouvez utiliser le plastomètre Melt Flow Indexer. Il s’agit d’une mesure d’indice très efficace de fluidité à chaud. Cette méthode de contrôle répond aux normes pour déterminer le débit des thermoplastiques à force constantes et fondues à température. Cette dernière répond aux normes de l’ASTM D 1238 et l’ISO 1133. Le Melt Index est obtenu par la mesure de volume (MVR) ou la mesure de masse (MFR) d’un plastique fondu en un temps donné.

Afin de mesurer la viscosité d’un thermoplastique, vous pouvez utiliser le rhéomètre capillaire. Il fonctionne à partir du taux de cisaillement injecté par un piston à une force variable. Il faut également savoir que vous pouvez obtenir une courbe entière de la viscosité en fonction du rhéomètre que vous choisirez. Vous pouvez mesurer la rhéologie des élastomères (les caoutchoucs) à partir d’une gamme d’instruments. Vous avez à votre disposition le RPA, le viscomètre Mooney, le MDER, le rhéomètre capillaire, etc.

Pour vous aider à mieux élaborer vos formulations, vous pouvez utiliser une large gamme d’extrudeuses. Ces dernières peuvent être munies de plusieurs options des laboratoires de R&D qui sont très utiles avant la phase de production.

Les autres instruments

Vous pouvez vous procurer d’autres instruments pour l’absorption des gaz, l’analyse BET de surface, la courbe de percée ou de mélange de gaz ou encore la chimisorption.

Il est également possible de faire une analyse thermique en laboratoire. Cette technique permet de déterminer la chaleur échangée ou encore la masse d’un échantillon à un profil de température. Généralement, les techniques les plus utilisées sont la DSC, l’AG, la STA, l’ATD et la thermogravimétrie haute pression.