Seulement deux semaines d’inactivité physique suffisent pour augmenter le risque de maladies chroniques comme le diabète. La sédentarité est considérée comme étant le quatrième facteur de risques de décès dans le monde selon l’Organisation mondiale de la Santé. L’inactivité est un fléau qui a des conséquences graves pour notre cœur, il est donc judicieux de se renseigner par rapport aux conséquences. 

La sédentarité touche plus de la moitié de la population mondiale

Les femmes sont davantage inactives que les hommes. Pourtant les scientifiques ne cessent de faire la chasse à l’immobilisme et nous démontrent constamment les dégâts occasionnés par l’inactivité. Pour protéger le cœur, le cerveau, il est indispensable de bouger de façon régulière. C’est la clé d’une vie saine. L’OMS est plutôt pessimiste à ce sujet. Elle s’inquiète de voir la population mondiale s’engouffrer dans une sédentarité chronique si grave pour la santé. En résumé, on marche de moins en moins, on ne fait plus d’effort physique et cela a des répercussions sur le bon fonctionnement de notre organisme.

Les risques à court, à long terme

La sédentarité favorise la prise de poids et peut entraîner des douleurs articulaires. Elle renforce les causes de mortalité. Elle double les risques des maladies cardiovasculaires, de diabète, des cancers du côlon, d’hypertension artérielle, d’ostéoporose, de dépression, d’anxiété. La sédentarité affaiblit le cœur. Il reçoit moins de sang et fournit moins d’oxygène. Lutter contre la sédentarité est particulièrement afin de rester en meilleure santé. Au-delà des petits efforts du quotidien, la pratique d’une activité physique est vivement conseillée. Au moins trente minutes trois fois par semaine sont recommandées par les médecins. Il y a cinquante ans, la France était un pays rural dans lequel faisait partie au quotidien l’effort. Aujourd’hui, la voiture est le principal mode de déplacement. Il faut absolument prendre conscience de l’importance des risques de l’inactivité.

Voir nos autres informations

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here