Un kyste pilonidal : c’est quoi et comment le traiter ?

Santé Un kyste pilonidal : c'est quoi et comment le traiter ?

Le kyste pilonidal très peu connu du grand public est une maladie qui se caractérise par l’apparition plus ou moins fulgurante d’un kyste au niveau du sillon interfessier. S’il est souvent imperceptible et indolore, il peut s’avérer très douloureux en cas d’inflammation.

Qu’est-ce qu’un kyste pilonidal ?

Un kyste pilonidal du latin pilo désignant le poil et nodal le nid, aussi appelé kyste sacro coccygien est un kyste sous cutané. Le kyste pilonidal est une maladie cutanée bénigne qui se développe généralement au niveau du sillon interfessier, au sommet de la fente des fesses, le long du coccyx ou sinus pilonidal. C’est une petite poche close ayant une membrane distincte. Le kyste prend la forme d’une petite boule sur la peau qui peut passer inaperçue, mais qui devient douloureuse, rouge et chaude si elle s’enflamme. La masse peut également se manifester à l’ombilical ou plus rarement dans l’espace interdigital.

L’abcès est, la plupart du temps, dû à un amas de poils, de sébum et de débris cutané dans l’épiderme. Le kyste pilodinal s’il est peu inflammatoire ne présente pas de gêne particulière. Toutefois, s’il donne lieu à une infection, il peut s’avérer très douloureux et entrainer des complications. Les symptômes du kyste sont l’apparition de petites fossettes au niveau du sinus pilonidal qui donnent lieu à la prolifération de germes bactériologiques créant des abcès, autours de poils, d’où peuvent s’écouler du pus ou du sang. Le kyste pilonidal est très douloureux et peut se montrer très handicapant, il empêche souvent le patient qui en est atteint de s’asseoir ou de s’allonger. Même une fois traité par une incision permettant d’écouler le pus contenu dans la poche ou encore après une ablation totale du kyste, il existe malheureusement fréquemment des cas de récidive.

Qu'est-ce qu'un kyste pilonidal ?
Source : shutterstock.com

Quels sont les causes ?

Le kyste pilonidal est un trouble assez rare. Il affecte principalement les jeunes adultes entre 16 et 35 ans et en particulier les hommes. Les patients présentant un kyste pilonidal représentent seulement 1% de la population masculine et environ 0,1% de la population féminine. Les causes de cette infection de la peau peuvent être diverses. Elle survient notamment chez les personnes souffrant d’obésité, mais elle peut également être due à une position sédentaire prolongée, au frottement des vêtements, à une pilosité hirsute, une peau grasse ou être congénital, c’est-à-dire relative à une prédisposition familiale.

Il arrive aussi que le kyste pilodinal soit un trouble d’origine professionnel, c’est le cas pour certains coiffeurs chez lesquels on constate l’apparition d’un kyste interdigital. Cette maladie a longtemps été considérée comme la conséquence d’un manque d’hygiène, nous savons désormais que cela est faux et que l’hygiène n’est pas une cause d’apparition du kyste.

Comment peut-on soigner un kyste pilonidal ?

Il existe différentes méthodes pour soigner un kyste pilonidal. La méthode la plus répandue est l’opération classique. Toutefois l’acte le plus adéquat est à déterminer, selon votre cas, suite à un diagnostic clinique.

Opération classique

Lorsque l’inflammation est avérée, une chirurgie peut être pratiquée en urgence. Il s’agit d’une incision sans risque permettant de réaliser un drainage. Cependant l’opération peut également être programmée pour anticiper une éventuelle inflammation. Dans ce cas, le chirurgien pratique une ablation du kyste dans son intégralité. Il s’agit d’une résection chirurgicale. Bien que l’intervention soit locale, sa position rend la cicatrisation de la zone particulièrement longue, pouvant aller de plusieurs semaines à plusieurs mois. Une bonne cicatrisation nécessite des soins infirmiers notamment pour changer le pansement absorbant.

Opération laser

Une intervention au laser est désormais envisageable pour ce genre d’infection. Au cours de cet acte, le chirurgien passe une sonde équipée d’un laser qui vient brûler la paroi du kyste. Cette méthode et de plus en plus appréciée par les patients, car elle est moins douloureuse et laisse une plaie superficielle permettant une cicatrisation plus rapide. Attention toutefois, le laser n’évite pas la récidive

Traitement naturel

Afin de soulager l’inflammation, vous pouvez également vous tourner vers les médecines douces. Vous pouvez opter pour l’aromathérapie. En effet, certaines huiles essentielles anti-inflammatoire et antibactériennes permettent d’éviter la surinfection. Vous pouvez aussi vous tourner vers la naturopathie ou l’homéopathie. Attention toutefois, ces traitements sont souvent prescrits en complément de soins médicamenteux, ils ne peuvent remplacer la consultation d’un médecin.