Mutuelle et Assurance SantéL'inflation touche-t-elle les mutuelles santé ?

L’inflation touche-t-elle les mutuelles santé ?

Avec l’inflation qui culmine à près de 6 %, les mutuelles santé sont tiraillées entre les clients et l’État. La revalorisation des tarifs rend impossible le maintien du pouvoir d’achat. Les assureurs sont donc dans une passe difficile et trouver le juste milieu relève d’un véritable défi. Comment l’inflation impacte-t-elle les mutuelles santé ? Pourquoi les primes d’assurances risquent-elles d’augmenter ? Les prix des assurances santé vont-ils augmenter ? 

Quel est l’impact de l’inflation sur les mutuelles santé ? 

Face à l’inflation, le gouvernement pointe du doigt les banques et les assurances qui ont pour habitude de renouveler à la hausse leurs tarifs chaque automne. L’État demande une modération des tarifs, ce qui place les assureurs dans une situation délicate.

Néanmoins, la FNIM (fédération nationale indépendant des mutuelles) affirme que ce contexte inflationniste va impacter le prix des cotisations. Effectivement, les mutuelles santé ne peuvent faire face à l’inflation et à l’ensemble du contexte actuel (période post Covid) sans revoir à la hausse ses tarifs. Un gel des primes d’assurance déclencherait un réel déficit au sein des sociétés d’assurances qui risqueraient de faire faillite.

On peut faire un parallèle avec le gel du pmss 2022. Il s’agit du plafond de la sécurité sociale. Chaque année, il est censé être revalorisé, mais au vu du contexte, il a été gelé. Ce plafond sert de base de calcul de certaines prestations comme les indemnités journalières, les pensions d’invalidité et d’assurance vieillesse. 

Si on ajoute l’inflation médicale qui a lieu depuis quelques années, provoquée par le vieillissement de la population et la multiplication des affections longue durée, on se rend compte que le système de soin public et privé arrivent à un point crucial. D’un côté, l’assurance maladie ne peut pas prendre en charge davantage les patients et d’un autre côté, les mutuelles santé complémentaires se retrouvent avec un déficit si elles n’augmentent pas leurs cotisations. Ainsi, ce sont les Français qui en pâtissent avec un pouvoir d’achat déjà amoindri qui ne cesse de diminuer. Sachant qu’aujourd’hui, un tiers des Français ne se soignent pas pour des raisons financières, on estime que ce pourcentage risque d’augmenter rapidement avec l’inflation.

Quel est l'impact de l'inflation sur les mutuelles santé ? 
Source : shutterstock.com

Les mutuelles santé vont-elles augmenter avec l’inflation ?

L’été dernier, le gouvernement avait fait un appel général aux banques et aux assureurs. Le message était le suivant : les grandes entreprises doivent “partager le fardeau de l’inflation”. L’objectif était de réduire les répercussions de la hausse de prix dans chaque secteur. 

Dans le secteur des assurances, les questions de rentabilité se posent à ce stade. En effet, les primes d’assurance permettent d’indemniser des risques. Ces risques sont en grande augmentation depuis janvier dernier. Par exemple, au niveau de l’assurance habitation, on a constaté 1,4 million de sinistres climatiques. Dans le domaine de la santé, les risques sont également plus élevés. De plus en plus de Français sont atteints de pathologies chroniques, d’affection longue durée ou de handicap. En outre, si on ajoute à cela les maladies professionnelles, les burnout et la multiplication des maladies liées au stress et aux angoisses, le secteur de la santé est en danger. 

L’assurance maladie prend de moins en moins en charge certaines prestations, pour ne pas creuser davantage le trou de la sécu. Les mutuelles, quant à elles, se retrouvent à devoir rembourser de plus en plus de frais. Il semble donc évident que les cotisations augmentent surtout dans le cadre actuel. Néanmoins, le gouvernement exerce une forte pression sur les assurances pour que les Français puissent conserver un minimum de pouvoir d’achat. De ce fait, chaque compagnie va devoir faire un effort. Quoi qu’il en soit, il sera impossible d’augmenter les tarifs à taux équivalent de l’inflation. Ainsi, si augmentation il y a, elle sera largement inférieure à 6 %.

Concrètement, il ne faut pas s’attendre à un gel des primes d’assurance. Si on se fie aux indices des prix de l’assurance affichés en juin dernier, une hausse de 2,2 % est prévue dans le domaine de l’habitation. Les mutuelles du secteur de la santé vont évidemment subir le contrecoup de la crise Covid et de tous les soins qui ont été reportés entre 2020 et 2022. Le gel des primes n’est pas imposé par le gouvernement et les assurances n’auront pas d’autres choix que de faire augmenter leurs cotisations pour ne pas créer un déficit.