SantéSeniorsComment traiter l'arthrose du genou ?

Comment traiter l’arthrose du genou ?

L’arthrose du genou ou gonarthrose est une pathologie des articulations qui touche près de 10 millions de Français. L’articulation perd du cartilage et l’os se développe anormalement pour réparer le dommage ainsi créé. Il peut par conséquent se déformer et provoquer des douleurs ainsi qu’une instabilité du genou. D’évolution très lente, ce type d’arthrose peut conduire à une invalidité du genou. Découvrez des traitements efficaces pour traiter la gonarthrose.

Les ostéotomies de ré-axation pour une arthrose du genou

L’ostéotomie est un traitement chirurgical généralement appliqué pour une gonarthrose débutante. Comme expliqué par le Docteur Laurent Casabianca, cette ancienne et classique intervention de chirurgie orthopédique consiste à sectionner les os anormalement développés pour les réaligner. Concrètement, le surplus d’os du genou malade est déplacé vers une partie saine afin d’améliorer son alignement. Chez certains patients, l’usure du cartilage du genou débouche sur une déformation du squelette jambier. Les jambes s’arquent et prennent une forme de O ou X lorsque le patient est debout. Dans ce cas, l’ostéotomie est dite de ré-axation.

L’objectif de l’intervention est de corriger la déviation de l’axe de la jambe en sectionnant une partie du tibia. Ce dernier est ensuite fixé dans la bonne position pour que la jambe se retrouve dans son axe normal. Les douleurs articulaires sont ainsi éliminées et les jambes retrouvent une forme normale. Le risque de poser une prothèse du genou est ainsi écarté. Moins le cartilage est abîmé, plus l’intervention sera efficace et durable. Pour mettre tous les atouts de votre côté, il est conseillé de se faire opérer par un chirurgien spécialisé et expérimenté. Il existe en France des chirurgiens orthopédistes spécialisés dans les maladies articulaires, notamment du genou et de la hanche.

chirurgien orthopédique Paris arthrose genou

Les traitements médicaux de l’arthrose du genou

Les traitements médicamenteux contre l’arthrose du genou comprennent essentiellement les antalgiques et les anti-inflammatoires. Il est donc important de souligner que ces produits calment seulement les symptômes et ne permettent pas de guérir de la maladie. Leur durée d’utilisation doit en outre être la plus courte possible. En dehors du paracétamol de 2 à 3 g journalier, vous pouvez expérimenter d’autres antalgiques plus puissants. Cette option est cependant recommandée lorsque la douleur est permanente. Dans ce cas, le médicament doit être pris régulièrement dans la journée sans attendre la survenue de celle-ci.

Dans des cas exceptionnels, vous pouvez utiliser des antalgiques contenant de la morphine sur prescription médicale. Certains antalgiques comme la capsaïcine sont aussi utilisés sous forme de pommade. Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) sont utilisés en complément aux antalgiques. Leur rôle est de soulager les poussées congestives de l’arthrose. Le plus souvent disponibles en comprimés, les AINS en pommade ou sous forme de gel sont les plus recommandés. Bien qu’ils présentent une bonne tolérance, ces anti-inflammatoires peuvent provoquer des démangeaisons ou irritations locales sur le genou ou autour.

Les prothèses pour le genou

La mise en place de prothèses fait partie des interventions les plus pratiquées en France depuis 2017. Cette opération est pratiquée dans les cas d’arthrose de genou très avancés. Le cartilage est détruit, ce qui se caractérise par des douleurs intenses, des craquements et autres blocages du genou. La pose de prothèse peut être totale ou partielle.

Prothèse totale de genou

La décision de passer à la pose d’une prothèse générale de genou fait suite à une consultation, suivie d’un examen clinique auprès d’un chirurgien orthopédiste. Elle est recommandée lorsque les traitements médicamenteux n’ont pas produit leurs effets. L’étape des examens consiste essentiellement en un bilan préopératoire. Le but de l’intervention est de remplacer le cartilage endommagé par une nouvelle prothèse. Cela assure un meilleur fonctionnement du genou. L’acte chirurgical se fait par anesthésie générale ou rachianesthésie. Il nécessite une hospitalisation d’au maximum 4 jours. Après l’intervention, une rééducation est parfois nécessaire selon les besoins du patient. Soulignons en outre que la mise en place entraîne un arrêt de travail de 2 à 3 mois. En moyenne, 4 à 6 mois après l’opération, le genou opéré retrouve un meilleur confort d’utilisation. C’est à partir de ce moment, que vous pourrez vous remettre au sport.

Prothèse unicompartimentale du genou (PUC)

La prothèse unicompartimentale du genou (PUC) consiste à remplacer une partie du cartilage endommagé du genou par un implant prothétique. Elle est recommandée lorsque l’arthrose touche une seule partie du genou qui présente des douleurs malgré les traitements médicamenteux. Cette opération peut être aussi envisagée en cas de déformation frontale modérée ou de croisement des ligaments. L’opération est toutefois proscrite lorsque le patient est obèse ou possède des os trop vulnérables et un genou raide. La décision de procéder à une PUC est prise lors d’une consultation chirurgicale du genou. L’acte opératoire dure en moyenne 1 heure et se déroule sous anesthésie générale. Une hospitalisation postopératoire de 24 heures est nécessaire suivie d’un repos strict de 5 jours. Comme pour une prothèse générale, une rééducation postopératoire chez le kinésithérapeute est indispensable. Vous devez effectuer en moyenne 20 séances de rééducation à hauteur de 2 ou 3 par semaine.