Comment protéger la flore vaginale et pourquoi ?

SantéRèglesComment protéger la flore vaginale et pourquoi ?

On entend beaucoup parler de flore intestinale, mais beaucoup moins de flore vaginale ! Pourtant, tout comme la première, ce microbiote est extrêmement important pour notre organisme. Un déséquilibre de la flore bactérienne qui colonise le vagin et c’est la porte ouverte aux infections vaginales ! Alors, comment protéger la flore vaginale ? Pourquoi est-elle si importante ? 

Qu’est-ce que la flore vaginale ?

La flore vaginale est composée de bonnes bactéries dont la grande majorité est des lactobacilles (près de 95 %). Ces micro-organismes vont défendre la cavité vaginale des attaques extérieures et donc assurer la défense de notre organisme contre les infections microbiennes (mycose, vaginose…).

Les lactobacilles créent une sorte de barrière en produisant de l’acide lactique et c’est son niveau d’acidité qui bloque les germes pathogènes.

Mais, comme tous les microbiotes, la flore vaginale est très fragile, il est donc important de préserver son équilibre et donc de protéger sa flore vaginale.

Qu’est-ce qui peut perturber la flore vaginale ?

Un déséquilibre de la flore vaginale peut très vite arriver, mais certains facteurs sont plus impactant que d’autres.

Un déséquilibre hormonal

Comme toujours, tout est lié dans notre corps et là encore le niveau des lactobacilles dépend de notre taux d’œstrogène. Malheureusement, selon où vous vous situez dans votre cycle menstruel, la production d’œstrogène peut devenir insuffisante pour protéger le vagin. 

  • À la puberté : les niveaux de l’hormone fluctuent énormément, le temps que le cycle se stabilise.
  • Pendant les règles : le sang fait baisser l’acidité du vagin et ouvre la voie aux staphylocoques dorés.
  • Après l’accouchement : le niveau d’œstrogène chute à ce moment-là, sans oublier la fatigue qui vous rend plus vulnérable.
  • À la ménopause : la production d’hormones chute, donc le taux de lactobacilles également. Les femmes ménopausées sont souvent plus sujettes aux cystites.
  • Une pilule contraceptive inadaptée : vérifiez les dosages de votre pilule !

Une hygiène intime trop accentuée

On a souvent tendance à penser se protéger en se lavant, mais sachez que notre corps est capable de se défendre seul. Ainsi, pour protéger la flore vaginale, les douches vaginales sont à proscrire ! Attention également aux savons que vous utilisez, s’ils sont trop agressifs, ils vont déséquilibrer votre microbiote vaginal. Évitez également les longues séances de bain qui vont assécher votre flore. Privilégiez des produits à pH neutre et doux et procédez uniquement au lavage de la vulve et des lèvres.

Les antibiotiques

Les antibiotiques impactent beaucoup l’équilibre entre bonnes et mauvaises bactéries, surtout si le traitement est long. En effet, les antibiotiques ne font pas la distinction entre mauvaises et bonnes bactéries et ont donc des conséquences sur la bonne santé du vagin.

Fumer nuit aussi à la flore vaginale

L’action du tabac est moins connue sur la flore vaginale, pourtant selon les médecins, à partir de 30 cigarettes par semaines, le risque de déséquilibre est multiplié par 3. La cigarette entraine un déficit de glycogène, principale nourriture des lactobacilles et donc in fine, la chute du taux de ces bonnes bactéries.

Les rapports sexuels ne provoquent pas d’infections vaginales, mais…

Les infections vaginales (mycoses, cystites ou vaginoses) ne sont pas transmises par le pénis, qui lui aussi a son propre microbiote et ce ne sont pas des infections sexuellement transmissibles. Néanmoins, les rapports sexuels favorisent les cystites à répétition en déplaçant les bactéries responsables des infections urinaires, les colibacilles, de l’anus vers l’appareil urinaire. Ainsi, il est conseillé d’uriner après un acte sexuel pour éliminer de possibles bactéries.

Quels peuvent être les conséquences en cas de dérèglement ?

Nous l’avons vu, le rôle de la flore vaginale est de protéger les muqueuses intimes de la prolifération de mauvaises bactéries et des champignons.

le pH de votre flore vaginale en bonne santé est entre 3,8 et 4,5 d’acidité et en cas de déséquilibre, les symptômes peuvent être : 

  • Irritations,
  • Démangeaisons ;
  • Cystites ;
  • Mycoses ;
  • Infections urinaires ;
  • Sécheresse vaginale ;
  • Sensation de brûlure ;
  • Odeurs désagréables ;
  • Rapports sexuels douloureux.

Si vous ressentez l’un de ses symptômes, consulter un médecin ou un gynécologue avant que le déséquilibre amène à une infection plus grave comme la vaginose bactérienne ou la vaginite.

Votre médecin effectuera un prélèvement qui sera analysé en laboratoire. Les résultats donneront un score de Nugent qui s’il est supérieur à 4 est le signe d’un déséquilibre.

Comment protéger la flore vaginale ?

Voici un petit rappel pour protéger votre flore vaginale au quotidien :

  • Évitez les douches vaginales et les toilettes en excès.
  • Préférez la douche au bain.
  • Ne vous lavez pas avec un gant de toilette, c’est un nid à microbes. Votre main suffit !
  • Utilisez des produits doux et séchez-vous soigneusement.
  • Changez des serviettes hygiéniques régulièrement pendant vos règles et évitez les protections intimes en dehors.
  • Évitez les vêtements serrés ou synthétiques.
  • N’abusez pas des antibiotiques, sauf si nécessaire.
  • Arrêtez ou diminuez votre consommation tabagique.

Lorsque la flore est déséquilibrée, notamment avec la prise d’antibiotique, l’idéal est de faire une cure de probiotiques

En comprimés, en gélules ou en capsules vaginales, les probiotiques vous apporteront un surplus de bonnes bactéries et vous permettront de retrouver votre équilibre vaginal. L’utilisation de probiotiques vaginaux contribue également à limiter les infections et les mycoses vaginales récidivantes.

Pour finir : vous savez maintenant pourquoi et comment protéger la flore vaginale. N’oubliez pas l’importance d’une alimentation saine et équilibrée. Vos microbiotes et l’ensemble de votre corps apprécieront !