Comment devenir sage-femme ?

Santé Comment devenir sage-femme ?

Une sage-femme est une profession d’accompagnement réalisant le suivi médical des grossesses et qui s’occupe parfois des rééducations post-accouchement. Le mot sage-femme signifie en fait « celui qui a la connaissance de la femme. » Avec les précieux conseils d’une sage-femme, une femme enceinte pourra être sereine pendant sa grossesse et sera suivie de près tout au long de son déroulement. Il s’agit donc d’une profession à responsabilités qui nécessite des compétences précises sur la femme en général. Comment devient-on sage-femme ? Il est déjà important de savoir qu’une sage-femme (libérale ou non) doit être inscrite au tableau de l’Ordre du département où la profession est exercée. Petite anecdote, le métier de sage-femme est aussi ouvert aux hommes depuis 1982 !

Les études pour devenir sage-femme

Si une personne a pour objectif de devenir sage-femme dans le futur, il faut qu’elle obtienne un diplôme qui sera l’équivalent d’un master. Ainsi, après le baccalauréat, 5 ans de formations sont nécessaires pour obtenir le diplôme officiel de sage-femme. En effet, la première année après le baccalauréat est une année très sélective où il faut être admis au concours de sage-femme. Les quatre autres années de formation se déroulent dans une des 35 écoles agrées en France. La deuxième et la troisième année sont constituées de cours sur la physiologie féminine ainsi que de formations en pédiatrie et en obstétrie. De même, la quatrième et la cinquième année sont des formations sur les diverses pathologies possibles. À la fin de ces cinq années de théorie et de pratique, le Diplôme d’État de sage-femme est validé.

Sage-femme : pour quels profils ?

Mais, est-ce que tout le monde peut devenir sage-femme ? Pour exercer ce métier, il faut posséder des qualités et des compétences essentielles pour rassurer les femmes enceintes. De ce fait, une sage-femme doit aimer le relationnel et le contact humain car, elle rencontrera beaucoup de couples et de femmes. Une sagefemme doit faire preuve d’écoute, de réactivité et de patience. Dans son travail à proprement dit, une sage-femme doit être attentive, rigoureuse et doit faire preuve de disponibilité et de douceur. Tous ces aspects sont particulièrement importants car, le suivi d’une grossesse ne doit pas être négligé. Enfin, suivant les profils et les ambitions de chacun, une personne fera le choix d’exercer en cabinet ou de devenir sage-femme libérale.

Les prestations mises en place par une sage femme

Une sage femme peut donc être contactée pour les services suivants :

  • Un suivi de grossesse simple ou multiple.
  • Une préparation à l’accouchement.
  • Les consultations prénatales obligatoires pour chaque mois de grossesse.
  • Un suivi gynécologique.
  • Le suivi après l’accouchement de la mère et du nourrisson.

Devenir sage femme, c’est donc aimer accompagner la femme du début de sa grossesse à sa concrétisation de son rôle de mère.

Quels sont les tarifs d’une sage-femme ?

Maintenant qu’une présentation du métier de sage-femme a été faite, faisons un point sur les tarifs appliqués lorsqu’une femme doit se faire suivre par une sage-femme.

Généralement, que ce soit des consultations au cabinet de la sage-femme ou que cette dernière se déplace à domicile, les tarifs restent quasi identiques (hormis les frais de déplacements pour le deuxième cas). En premier lieu, il faut savoir que les rendez-vous réalisés par une sage-femme, en cabinet ou à domicile, sont en partie pris en charge par l’Assurance Maladie. En règle générale, les consultations effectuées par une sage-femme sont remboursées à 70% mais, au-delà du cinquième mois de grossesse, ces mêmes consultations sont remboursées entièrement (100%). Une consultation classique pratiquée par une sage-femme coûte environ 25 euros.

Sage-femme libérale : comment faire ce changement ?

Une sage femme peut décider de passer en libéral à tout moment de sa carrière. Pour cela, elle doit mettre en place des démarches administratives pour que ce nouveau statut soit officiellement validé. Ce changement doit être envoyé au Conseil National de l’Ordre des Sages-femmes. À ce titre, la sage femme qui veut passer en libéral doit remplir une déclaration d’installation en libéral ainsi qu’une déclaration de changement de situation. Son activité sera ensuite inscrite au RPPS : au Répertoire Partagé des Professionnels de Santé. La sage femme possèdera ainsi un numéro d’immatriculation attribué par l’URSSAF et pourra donc exercer pleinement son métier en libéral.