Comment calculer son cycle de règle ?

Santé Règle et bien être Comment calculer son cycle de règle ?

Pour une femme, il est utile de comprendre et savoir calculer son cycle. Les règles sont indispensables et d’elles dépend la reproduction, déceler tous leurs mystères ouvrent bien des possibilités. Le cycle est aussi à l’origine de multiples perturbations hormonales, plus ou moins intenses et incommodantes. Savoir les reconnaître, les anticiper, mais aussi les estomper ou déceler les anomalies, est tout aussi important dans la vie d’une femme.

 Qu’est-ce que le cycle menstruel ?

 Communément appelées “règles”, le terme scientifique de “menstruations” définit la perte mensuelle de sang, au niveau génital féminin. Ce saignement se poursuit pendant une petite semaine, marquant la fin du cycle qui dure environ 28 jours, cela peut varier de quelques jours d’une femme à l’autre. Il est alors possible d’observer des cycles longs, supérieurs à 35 jours, ou à l’inverse des cycles courts, inférieurs à 21 jours.

 Cette perte sanglante est en fait l’évacuation de la muqueuse utérine. Celle-ci constitue la surface intérieure de l’utérus et permet d’accueillir un éventuel ovule fécondé. Chaque mois, et en l’absence de fécondation, cette enveloppe se disloque, s’évacue puis se reconstitue. C’est toute cette phase de préparation utérine qui constitue le cycle menstruel.

 L’arrivée de ce mécanisme naturel et féminin de reproduction, s’opère au moment de la puberté, soit entre 11 et 13 ans. Il s’agit d’une moyenne, certaines jeunes filles observent une apparition précoce des règles tandis que d’autres à l’inverse seront menstruées tardivement.

 Comprendre les différentes étapes du cycle de règles

 Essayons de comprendre, scientifiquement, ce qui se produit dans le corps, lors de son propre rythme menstruel.

 Le cycle commence par une période dite “pré-ovulatoire”, c’est-à-dire que le corps se prépare à une éventuelle fécondation. Pour ce faire, l’endomètre (muqueuse utérine) s’épaissit grâce aux œstrogènes et dans le même temps, un (ou plusieurs) follicule(s) se développe(nt) dans l’ovaire.

Survient ensuite à l’ovulation, correspondant à l’extraction de l’ovocyte (cellule base de l’embryon) par l’ovaire.

Commence alors une période post-ovulatoire, pendant laquelle la production de progestérone s’accroît afin de préserver l’endomètre. Oscillant entre 10 et 20 jours (14 en moyenne), en fonction de la durée totale du cycle, c’est ce moment le plus propice à la fécondation, même si cette dernière est en fait possible en permanence.

 Deux possibilités viennent clôturer cette phase : 

  •  La non-fécondation : elle va entraîner une chute drastique du taux d’hormones et déclencher les règles.
  •  La fécondation : libération de l’hormone HCG. Symbole de grossesse, elle contribue à la préservation de la muqueuse utérine, enveloppe protectrice indispensable de l’embryon pour les neufs mois à venir. De fait, la fécondation induit l’absence de règles futures, puisque l’endomètre perdure, désormais utile pendant toute la période de vie intra-utérine du fœtus.

 Les symptômes du cycle menstruel

 Tous ces bouleversements hormonaux ne sont pas sans conséquences. Si certaines femmes ont la chance, de ne subir que très peu de désagréments, d’autres en revanche souffrent de multiples symptômes liés au cycle menstruel. Voici un échantillon des plus communs, évidemment la liste n’est pas exhaustive et chaque femme peut faire face, à ses propres particularité anatomiques.

  • Troubles de l’humeur
  • Nausées et vomissements
  • Douleurs pelviennes et lombaires
  • Prise de poids
  • Développement de l’acnée

 Savoir calculer son cycle 

Maintenant que vous savez tout sur les menstruations dans leur généralité, il est temps de vous pencher sur votre cas personnel. 

Calculer son cycle permet de mieux comprendre son corps, ses variations et symptômes. Cela permet d’anticiper l’arrivée des règles, l’inconfort et l’organisation que cela demande.

Bien sûr, identifier les différentes phases du cycle permet aussi d’optimiser ses chances de fécondation. Même si certaines femmes utilisent ce calcul, à l’inverse, pour limiter le risque de grossesse, c’est extrêmement hasardeux et risqué, l’utilisation d’un contraceptif restant la meilleure solution.

Le calcul du cycle se base sur la période centrale d’ovulation. Sa connaissance induit la détermination logique de la phase pré et post ovulation, reconstituant ainsi l’ensemble de la période menstruelle.

 Cycle régulier

Les femmes ayant un cycle régulier n’auront aucun mal à le calculer. 

Après avoir observé la période de cycle (entre deux règles), divisez celle-ci par deux. À partir de cette date, déduisez 4 jours pour obtenir le 1er jour de la période d’ovulation. Repartez de la date initiale puis ajoutez 4 jours, correspondant à la fin de l’ovulation.

Exemple pour un cycle de 28 jours : 

  • 28/2 = 14
  • Soustrayons 4 jours = 14 – 4 = l’ovulation démarre au 10e jour du cycle.
  • Ajoutons 4 jours = 14 + 4 = fin d’ovulation aux environs du 18e jour.

 Par ce simple calcul, il est donc aisé de comprendre que du 1er au 10e jour se tient la phase pré-ovulatoire, et du 18e au 28e jour la période post-ovulation.

 Cycles irréguliers

Lorsque l’organisation des cycles est anarchique, il devient difficile de déterminer précisément les différentes phases. Dans ce cas, c’est l’observation des symptômes, et plus particulièrement la variation de température, qui renseigne sur l’avancée du cycle. C’est ce qu’on appelle scientifiquement la symptothermie.

Généralement, une légère baisse de température corporelle s’opère en pré-ovulation, tandis qu’elle augmente de manière notable pendant l’ovulation. Un retour à la normale indique l’entrée en post-ovulation, avant un nouveau démarrage de cycle.

Une prise de température journalière s’impose, afin de constituer une courbe, nécessaire à la détermination des phases du cycle menstruel.

 Pour être révélateurs et fiables, ces calculs doivent perdurer pendant plusieurs mois. Des résultats similaires à long terme, conduiront vers une bonne connaissance globale du cycle des règles.

 Aujourd’hui, les femmes bénéficient de nombreux outils, facilitant la détermination du cycle. C’est le cas du calendrier des règles, mais aussi d’applications smartphone, dans lesquelles il suffit de rentrer différentes données pour un suivi régulier. Les tests d’ovulation, disponibles en pharmacie, facilitent également la détermination des périodes. Bref vous n’avez plus d’excuses, calculez votre cycle, vivez et maîtrisez pleinement votre vie de femme, avec ses avantages et ses inconvénients !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Rester en contact