RèglesDéroulé du cycle menstruelCombien de sang est-il normal de perdre pendant les règles ?

Combien de sang est-il normal de perdre pendant les règles ?

Flux normal, flux abondant, qu’est-ce qu’on entend par là ? Combien de sang est-il normal de perdre pendant les règles ? Beaucoup de femmes et surtout des jeunes filles à peine réglées se posent des questions sur la normalité de leur cycle menstruel. La quantité de sang perdu varie d’une personne à l’autre et les cas de ménorragies sont rares. Pour vous rassurer sur l’abondance de vos pertes menstruelles, voici un décryptage du flux menstruel !

Quelle quantité de sang perd-on pendant les règles ?

Non seulement la quantité de sang perdu pendant vos menstruations va dépendre de votre cycle et de votre moyen de contraception (ou son absence), mais il sera aussi différent des autres femmes. Donc la normalité est très relative en matière de flux !

En moyenne, des règles dites normales représentent une perte de sang d’environ 30 à 70 ml sur les 2 à 7 jours de saignements menstruels, soit l’équivalent d’une tasse à café.

Pour vous donner un ordre d’idée plus concret, cela correspond à un changement de protections périodiques toutes les 3 à 4 heures.

Chez les adolescentes, il faut environ une année pour que le cycle menstruel se stabilise. Alors si c’est un peu l’anarchie au début avec des cycles irréguliers et une durée plus longue, la quantité de perte de sang moyenne est pourtant à peu près la même.

Si vous êtes sous une contraception hormonale (pilule, patch, anneau), les saignements ne sont plus des règles, mais des saignements de privation et sont souvent peu abondants. Les femmes sous dispositif intra-utérin (stérilet) hormonal ont elles aussi un flux peu abondant, voire inexistant.

Comment savoir si on a des règles trop abondantes ?

On commence à parler de règles abondantes (hyperménorrhées) quand la quantité perdue va au-delà de 80 ml et qu’elles durent plus de 8 jours.

En règle générale, on estime qu’un changement de protections hygiéniques toutes les deux heures correspond à des règles abondantes. Il est alors conseillé d’en parler à votre médecin ou à votre gynécologue.

De même, si vous constatez en plus la présence d’importants caillots de sang ou/et que la période entre vos règles se raccourcit, prenez rapidement un rendez-vous chez l’un des deux spécialistes de la santé.

La ménorragie, qu’est-ce que c’est ?

La ménorragie est le terme médical pour parler de règles abondantes. Une ménorragie n’est jamais à prendre à la légère, car elle peut cacher une pathologie grave.

  • En effet, la première cause de ménorragie est la présence d’anomalie : kystes, tumeurs bénignes (polypes ou fibromes utérins), etc., dans la paroi utérine.
  • Il peut aussi s’agir d’un déséquilibre hormonal (excès d’œstrogènes, insuffisance de progestérone) ou d’une absence d’ovulation qui entraînent une hémorragie pendant la période des règles.
  • Mais aussi d’une adénomyose qui est une forme d’endométriose qui cause des pertes abondantes et des douleurs de règles qui peuvent être très fortes.
  • Dans de rares cas, les règles abondantes peuvent être dues à une anomalie de la coagulation sanguine.
  • Le port d’un stérilet en cuivre peut aussi être à l’origine d’une hyperménorrhée la première année, mais aussi d’un allongement de celles-ci.

De plus, la perte de sang en excès peut entraîner des conséquences sur l’état de santé des femmes et provoquer une anémie (carence en fer). Si vous avez en plus le moindre de ces symptômes : fatigue, essoufflement, douleurs pelviennes ou pâleur, un avis médical est indispensable.

Votre médecin effectuera les examens nécessaires (une échographie ou une utéroscopie diagnostique, voire une biopsie) et posera un diagnostic précis.

Astuces ! Pour diminuer le flux naturellement (quand toutes les causes médicales possibles ont été étudiées), voici deux méthodes naturelles :

  • Réduisez votre apport en aliments inflammatoires (produits laitiers, sucres, graisses végétales…) et augmentez les aliments riches en fer (viandes rouges, fruits de mer, légumineuses…).
  • Les plantes sont aussi une méthode naturelle pour règles douloureuses et abondantes : l’achillée millefeuille, la prêle, l’ortie… sont parfaites pour réguler votre flux menstruel.

Comment estimer le volume de vos règles

Il peut être difficile d’évaluer le volume des règles, à moins de porter une coupe menstruelle. Certaines coupes ont effectivement l’avantage d’avoir des lignes de mesure, elles sont donc parfaites pour estimer la quantité de sang écoulé.

Si vous n’êtes pas une adepte de la cup, voici des repères approximatifs :

  • Un tampon hygiénique léger absorbe environ 3 ml de liquide.
  • Un tampon jetable super, environ 12 ml.
  • Une serviette hygiénique normale peut contenir à peu près 5 ml de sang.
  • Une serviette spéciale nuit jusqu’à 15 ml.

En fonction du nombre de fois où vous changer de protection hygiénique, vous pouvez donc calculer le débit de votre flux sanguin.

Pour conclure : si vous pensez avoir un flux abondant, si vos règles sont douloureuses, n’hésitez pas à en parler avec un professionnel de la santé. N’ayez aucune crainte à exprimer vos inquiétudes, il est là pour ça. Il peut s’agir d’un changement de cycle temporaire dû à de la fatigue, du stress, l’alimentation, mais nous l’avons vu, aussi à une autre pathologie plus grave.