CBD, chanvre, législation : on fait le point

Bien être et diétiqueCBD, chanvre, législation : on fait le point

Vous avez certainement déjà entendu parler du CBD et du chanvre, mais vous ne savez pas réellement quelle est la relation entre ces deux éléments ni quelle est la législation en vigueur en la matière. Ce sont en effet des notions que la plupart d’entre nous ne connaissent pas encore très bien. Faisons le point dans cet article.

Les points essentiels à retenir sur le chanvre

Le chanvre est une plante plus communément connue sous le nom scientifique de “cannabis”. Il se décline en plusieurs variantes, dont le chanvre indien. C’est une plante qui possède un taux élevé de THC (tétrahydrocannabinol), une substance qui procure des effets psychotropes. Il existe aussi le chanvre industriel dont les fibres et les graines sont utilisées dans les industries cosmétiques et textiles. On s’en sert aussi dans l’alimentation animale. Notez qu’il n’est nullement interdit de cultiver du chanvre industriel. Et pour cause, la plante elle-même n’a rien d’illégal. Il faut d’ailleurs savoir que le chanvre industriel représente le principal ingrédient du CBD légal, aussi appelé cannabidiol, qui présente un taux de THC inférieur à 0,2%.

Les points essentiels à retenir sur le CBD

Le terme CBD est l’abréviation de “cannabidiol” qui est l’un des composants du chanvre. Le CBD est aujourd’hui employé pour élaborer de nombreux produits de bien-être. Si vous recherchez un produit naturel favorisant la relaxation et la détente, n’hésitez pas à contacter Olmavita pour trouver des produits à base de CBD en Belgique.

Les différentes méthodes d’extraction du CBD

Il existe 3 méthodes d’extraction possibles pour obtenir l’huile de CBD.

L’extraction par CO2

L’extraction par CO2 ou extraction par fluide supercritique (SFE) permet aussi d’obtenir de l’huile de CBD. C’est d’ailleurs la technique la plus efficace, car elle permet d’obtenir une huile de CBD de qualité et sans résidu. L’extraction par CO2 implique 3 composés : le CO2, un gaz inodore et un gaz incolore.

Le CO2 est exposé à des températures basses et à une pression élevée afin de le transformer en un liquide. Ce CO2 liquide a la capacité de dissoudre certaines matières végétales. La plante de chanvre est alors exposée à ce CO2 à l’état liquide, ce qui entraîne une libération des actifs du cannabis dans le solvant. Puis, on fait passer le mélange dans un espace où la température et la pression sont réglées pour permettre la séparation des terpènes et des cannabinoïdes. Puis, le CO2 est retransformé en état gazeux.

produits à base de CBD

L’extraction par solvants liquides

Cette méthode utilise des solvants, comme l’éthanol, le butane, le propane, l’isopropyle et l’alcool. Elle se veut rapide à réaliser, en plus d’être relativement abordable. Toutefois, c’est une méthode d’extraction dangereuse, étant donné qu’elle utilise des solvants hautement inflammables.

Le procédé se déroule comme suit :

  • les fleurs et les autres parties de la plante de chanvre industriel sont mises dans un récipient
  • puis, on verse dessus le solvant choisi pour en extraire l’huile de CBD
  • on récupère le CBD par évaporation pour obtenir de l’huile de CBD concentré

Notez que cette méthode nécessite une précaution particulière lors de la phase d’évaporation. En effet, si les résidus de solvant ne sont pas complètement éliminés, ils peuvent être toxiques.

L’extraction à l’huile alimentaire

Les huiles alimentaires peuvent aussi être utilisées pour extraire du CBD. C’est notamment le cas de l’huile de sésame et de l’huile d’olive. Il s’agit d’un procédé qui date de plusieurs siècles. Il permet d’obtenir un extrait de CBD sans résidu, contrairement à la méthode d’extraction par solvants liquides. C’est d’ailleurs une méthode simple et peu couteuse qui assure de bons résultats.

Le procédé commence par le chauffage des éléments de la plante de chanvre. C’est une technique qu’on appelle décarboxylation. Elle a pour but d’activer les substances chimiques présentes dans la plante. Après, on ajoute l’huile végétale et on réchauffe à nouveau le mélange. Lors du processus, l’huile alimentaire utilisée ne s’évapore pas, ce qui fait que l’huile extraite n’est pas aussi concentrée que celle obtenue via les autres méthodes.

Outre cette question de concentration qui peut être compensée par les doses utilisées, il convient de noter que l’huile de CBD extraite à l’huile alimentaire est facilement périssable. Pour la conserver, il faut la garder dans un endroit sombre et frais.

Comment obtient-on l’huile de CBD à partir de l’extraction ?

Avant de devenir l’huile de CBD utilisée dans la fabrication des produits dérivés, l’huile obtenue de l’extraction subit un autre procédé que l’on appelle “hivernage”. Le but de cette démarche est de la raffiner. En effet, l’hivernage permet de débarrasser l’huile des solvants, de la chlorophylle, des cires, ainsi que d’autres lipides. Après cette étape, on doit obtenir une huile de CBD propre qui contient 70 à 90% de CBD, de cannabinoïdes et de terpènes.

Il est aussi possible de produire différents types d’huiles de CBD à partir de l’extraction de la plante de chanvre :

  • Le CBD à spectre complet qui renferme tous les cannabinoïdes, les terpènes et les acides aminés, ainsi que des traces de THC
  • Le CBD à large spectre qui renferme tous les autres composants du CBD à spectre complet, à part les traces de THC (le CBD à large spectre s’obtient à partir d’un autre procédé supplémentaire)
  • L’isolat de CBD qui contient 99% de CBD. Pour obtenir l’isolat CBD, on refroidit l’extrait et on le purifie sous forme d’isolat cristallin. L’isolat de CBD se présente sous forme de poudre blanche sans saveur

CBD huile de CBD

CBD et chanvre : qu’en est-il de la législation ?

La législation concernant le cannabis est encore relativement floue en Belgique. Dans ce pays, la détention et la culture de cannabis constituent en effet une infraction punissable. Dans la pratique, si vous avez plus de 18 ans et que vous consommez du cannabis à usage personnel, vous n’encourez aucune poursuite, sauf s’il s’agit d’une détention avec trouble à l’ordre public ou de circonstances aggravantes (détention dans une prison, dans une institution de protection de la jeunesse ou dans une école).

En ce qui concerne le CBD, la directive européenne permet la vente d’huile de CBD sur l’ensemble du territoire européen (y compris en Belgique). Il en est de même pour les autres produits dérivés. Une condition s’impose néanmoins : l’huile de CBD doit contenir moins de 0,2% de THC. Elle doit également faire l’objet de tests et d’analyses dans un laboratoire indépendant avant sa mise sur le marché.