Allergie aux serviettes hygiéniques : Que faire ?

SantéRèglesAllergie aux serviettes hygiéniques : Que faire ?

Porter des serviettes hygiéniques vous est insupportable ? Brûlures, démangeaisons, éruption cutanée… malheureusement, vous n’êtes pas la seule à endurer ses complications. Sachez qu’environ 30 % des femmes sont allergiques aux protections périodiques ! Allergie aux serviettes hygiéniques : que faire ? Existe-t-il des alternatives ? 

Comment savoir si vous êtes allergique aux serviettes hygiéniques ?

Avoir des démangeaisons ou des brûlures au niveau de la vulve et du vagin ne signifie pas obligatoirement que vous faites une allergie aux serviettes hygiéniques. Il serait dommage de passer à côté d’une infection vaginale parce que les irritations surviennent en même temps que vos règles ! On fait le point sur les différentes raisons qui provoquent ces irritations :

  • La mycose vaginale ou vaginite infectieuse : elle est provoquée par la prolifération d’un champignon du type Candida Albicans. C’est l’infection la plus fréquente chez la femme et elle peut être causée par le port de protège-slips qui assèchent la vulve (sans causer d’allergies !).
  • La vaginite d’irritation : c’est celle qui vous concerne ici. Elle est provoquée par l’utilisation de produits chimiques ou irritants et par des réactions allergiques. Quand on sait que certaines protections hygiéniques jetables contiennent du glyphosate, développer des allergies n’est pas surprenant !
  • La vaginite atrophique : elle ne touche principalement que les femmes ayant subi une ablation des ovaires ou ménopausées. Elle occasionne une sécheresse vaginale engendrée par la chute du taux d’œstrogènes.

Attention ! Avoir des démangeaisons vulvaires pendant ses règles cela peut être normal. Serviettes jetables portées trop longtemps, vêtements trop serrés ou sous-vêtements synthétiques, lavages trop fréquents, rasage pubien intégral… Tous ces facteurs peuvent occasionner des irritations passagères. Mais en cas d’allergie, les irritations persistent même si vous changez vos habitudes d’hygiènes.

Quels sont les symptômes ?

Quelle que soit l’infection vaginale, les symptômes sont à peu près tous les mêmes (d’où l’importance de consulter un gynécologue pour confirmer la cause et poser un diagnostic sur !).

Pour une allergie aux serviettes hygiéniques, les symptômes commencent par des démangeaisons et un besoin irrépressible de se gratter. Elles s’accompagnent le plus souvent de brûlures au niveau de la vulve. Le plus souvent, il suffit d’enlever la protection périodique pour que les symptômes cessent.

Si les irritations s’accompagnent de pertes blanches, il ne s’agit pas d’une allergie, mais probablement d’une mycose ! Votre médecin traitant ou votre gynécologue effectuera des prélèvements pour analyser les causes de l’infection. Bien que le sujet puisse être tabou, ces spécialistes sont là pour vous aider à guérir !

Comment faire ?

Au cours de sa vie, une femme va utiliser près de 15 000 protections menstruelles (serviettes jetables et tampons hygiéniques). Ces protections sont au contact direct avec la peau et toutes ses substances passent donc la barrière cutanée. Pourtant, les fabricants de produits hygiéniques n’ont pas l’obligation d’afficher la composition de leurs produits, malgré les 8 millions de Françaises impactées par ces irritations intimes.

Heureusement, en cas d’allergie aux serviettes hygiéniques (ou juste pour éviter la longue liste de substances dangereuses), il existe désormais toute une panoplie de solutions alternatives !

La culotte menstruelle

La culotte menstruelle est une alternative particulièrement prisée par les femmes ! 

Cette culotte discrète et agréable à porter absorbe le flux des règles grâce à un insert absorbant. Les culottes lavables se déclinent en toutes tailles, pour tous les flux menstruels, en shorty ou en boxer.

Elles se portent comme une culotte classique, et ce, jusqu’à 12 heures. Vous pouvez les porter tous les jours, elles passent totalement inaperçues, d’autant plus qu’elles ne laissent pas passer les odeurs. 

Aussi appelées slips périodiques, elles sont réutilisables et peuvent durer jusqu’à 7 ans. Sans parfum, sans produits chimiques nocifs pour le corps, les culottes menstruelles sont 100 % naturelles et 100 % efficaces.

Il existe même des maillots de bain menstruels pour profiter des plaisirs de la mer ou de la piscine en toute quiétude ! 

Les protections menstruelles bio

Si vous êtes adepte des serviettes et des tampons hygiéniques, il existe heureusement des solutions 100 % issues de l’agriculture biologique. Sans pesticides, herbicides et engrais chimiques, avec un coton bio qui n’est pas blanchi à l’aide de chlore ou de dioxine, ces produits d’hygiène sont tout aussi absorbants que les serviettes menstruelles classiques !

La serviette hygiénique lavable

Dans le même ordre d’idée, les serviettes lavables sont conçues avec des tissus bios certifiés. L’avantage supplémentaire, c’est qu’elles sont lavables et donc réutilisables, plus écologiques et durables. Selon votre flux et le nombre de lavages, les serviettes lavables durent environ 3 ans. Elles sont aussi saines pour votre santé que pour la planète !

Les coupes menstruelles (CUP)

Ces petites coupes à placer dans votre vagin vous éviteront de subir démangeaisons et irritations. Choisissez une coupe menstruelle dont la composition est hypoallergénique avec la certification d’être sans PVC, sans phtalates et sans métaux lourds. Contrairement aux tampons, les cups n’assèchent pas la paroi vaginale. La seule recommandation est de la vider régulièrement et de ne pas la garder la nuit pour éviter un syndrome du choc toxique dû à l’accumulation de bactéries (staphylocoque doré). D’ailleurs, il en va de même pour le tampon hygiénique qui est à changer toutes les 4 heures.

Le mot de la fin : vous avez désormais l’embarras du choix pour ne plus avoir à subir ces démangeaisons et brûlures désagréables dues à une allergie aux serviettes hygiéniques. D’autant plus que ces alternatives sont toutes bios pour prendre soin de soi et de la planète ! Ne vous en privez pas !

Source : https://www.inserm.fr/c-est-quoi/faudrait-pas-en-tamponner-c-est-quoi-choc-toxique/