SantéSeniorsL'aide au lever et au coucher : à qui le demander ?

L’aide au lever et au coucher : à qui le demander ?

La perte d’autonomie empêche d’accomplir seul certaines actions comme le fait de se coucher ou de se lever d’un lit. Cette condition peut notamment être liée à l’âge ou à un handicap. Parfois, il s’agit seulement d’un état ponctuel après une chute ou une sortie d’hospitalisation. Dans tous les cas, des services d’aides sont prévus pour épauler les personnes concernées dans ces moments essentiels.

C’est quoi l’aide au lever et au coucher ?

L’aide au lever et au coucher est une prestation inscrite dans le cadre du maintien à domicile des personnes en perte d’autonomie. La situation peut aussi bien être provisoire comme dans le cas d’un individu récemment opéré. Cela dit, les familles sollicitent surtout l’aide au coucher d’une personne âgée ou handicapée restant chez elle. Ces profils sont d’ailleurs à l’origine de l’idée de MAD (maintien à domicile).

Pour rappel, ce concept implique diverses aides médicales, techniques, financières et administratives pour limiter l’impact négatif de la perte d’autonomie. Le MAD passe donc nécessairement par l’accompagnement du patient au quotidien, y compris pour le lever et le coucher. Selon le cas, la prestation peut également inclure l’habillage et le déshabillage, ou le remplacement des protections de lit.

Quoi qu’il en soit, certaines compétences sont indispensables pour aider les séniors ou les handicapés à se lever et à se coucher. Ces personnes utilisent en effet des équipements particuliers comme :

  • Un lit médicalisé ;
  • Un fauteuil roulant ;
  • Un lève-personne ;
  • Un verticalisateur ;
  • Un guidon de transfert…

De plus, des gestes et postures spécifiques doivent être respectés pour les patients en situation de handicap ou en convalescence. Ces facteurs requièrent une attention particulière, notamment à la suite d’une chute ou d’une hospitalisation. Il en est de même pour les maladies chroniques affectant la structure musculo-squelettique. Les auxiliaires de vies sont ainsi formés pour aider les familles à surmonter ces défis.

Comment faire une demande d’aide au lever et au coucher ?

Il suffit de contacter un professionnel spécialisé pour faire une demande d’aide au lever et au coucher. Il peut s’agir d’un auxiliaire de vie indépendant ou d’une agence. Dans les deux cas, la démarche est réalisable en ligne ou par téléphone. Les coordonnées sont généralement disponibles sur un site internet, un annuaire ou les réseaux sociaux, selon l’acteur approché.

Cette première étape sert essentiellement à définir les conditions et les besoins du patient (ponctuels ou réguliers). De cette manière, le prestataire pourra déjà préparer les services requis pour assurer le bien-être de la personne à aider. Cette phase permet également d’anticiper les différents équipements médicaux à manipuler et à surveiller durant l’opération.

Les auxiliaires de vie sont des professionnels qualifiés et familiers avec les matériels des personnes en perte d’autonomie. La demande d’aide sert toutefois à organiser le planning d’un indépendant et à gérer les affectations d’une agence. De plus, cette opération donne la possibilité de présenter un premier devis de la prestation. Le tarif définitif sera fourni après une évaluation sur place.

Source : Shutterstock – Par Africa Studio

Quel est le tarif de cette aide ?

Le tarif d’une aide au lever et au coucher nécessite l’intervention d’un professionnel dans l’assistance des personnes dépendantes. En effet, ce spécialiste pourra définir les solutions correspondant à la pathologie ou aux conditions de vie du patient. Une certaine expertise est aussi requise pour déterminer la durée de la prestation, sur les accompagnements provisoires.

D’autre part, cette aide est souvent comprise dans un ensemble de prestations pour les personnes âgées ou handicapées. Les prix seront donc estimés en conséquence. À titre indicatif, les tarifs varient entre 1 000 et 4 000 euros pour les services de type coucher/réveil. Cette formule peut englober l’aide au coucher, au déshabillage, au lever, à la toilette, à l’habillage… Il est ainsi préférable de contacter directement l’acteur envisagé pour obtenir un devis.

Peut-on être remboursé ?

Une personne dépendante peut recourir à différentes solutions pour financer l’aide fourni par un auxiliaire de vie. Selon la situation du patient, il est possible de se faire rembourser en partie par divers dispositifs comme :

  • L’APA (allocation personnalisée d’autonomie) ;
  • La PCH (prestation de compensation du handicap) ;
  • La CNAV (caisse nationale d’assurance vieillesse) ;
  • Les mutuelles. 

De manière générale, le lever et le coucher relèvent de l’APA pour les séniors en perte d’autonomie. Les familles peuvent alors solliciter cette allocation pour prendre en charge une partie des dépenses. Pour les mutuelles, le remboursement dépend foncièrement du régime d’affiliation et de la complémentaire santé de l’assuré.